Forum de l'administration du Comté de Flandre - Het centrum voor de administratie van het Graafschap Vlaanderen
 
AccueilFAQS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Gailen_d_Arduilet

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/07/2011

Feuille de personnage
Rang Social: Vagabond
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Jeu 21 Juil 2011 - 0:48

Il y a des cérémonies qui s’annoncent fastidieuses et qui pourtant nous réservent leurs lot d’agréables surprises. Vu la tournure que prend la fin de celle-ci le jeune comte vient à se demander s’il ne va pas chaque fois arriver en dernière minute. C’est que ça s’anime en cette salle à la nuit tombante !

Déjà que le coup du sourire à la rousse de Jeneffe l’avait bien amusé. N’était elle pas mignonne la jeune héritière du GEF avec ses promettes rosées, tentant comme elle le pouvait de se dissimuler derrière son auguste paternel ? Gailen avait encore bien du mal à comprendre les femmes mais il était loin d’être niais. Le soudain empourprement de la damoiselle n’était pas du a un abus de bière mais bien a une certaine gêne, la raison, il était moins sûre de la comprendre. Faut dire que c’était pas les moines qui lui en apprenaient beaucoup sur ce curieux sujet qu’est l’esprit féminin. Il avait bien tenté de demander à Malycia de l’instruire sur les pensées féminines, mais la fourbe ne lui avait donné pour réponse qu’un éclat de rire et des moqueries sur son instruction monastique. Non mais franchement, après on allait le sermonner en lui disant qu’avec son nom il se devait de prendre bonne épouse et de la combler ? Et comment qu’il fait lui sans mode d’emplois ?

Bref … Voilà t’il pas que le père, vieux routard de la mondanité, ne s’en laisse pas compter. A peine la donzelle réfugiée derrière son paternel qu’il la renvoie d’un superbe passing du revers vers le jeune comte.

C’est à ce moment que son attention repart vers la Comtesse, c’est que ca se bouscule aux pieds de la Hoegaarden ! Alors que sa fourbe amie la vicomtesse de Renaix peine a se relever de son allégeance pour de sombres raisons . Peut être des rhumatismes dus à l’air marin ? C’est que, malgré qu’elle aime à jouer avec le jeune comte, elle doit bien avoir le double de son age. Non, il ne peut y croire, il a pu goûter à sa souplesse il y a quelques jours. Lorsqu’elle l’a retourné comme une vulgaire galette bretonne pour lui soutirer le secret qu’il ne peut révéler. Mais alors qu’a t’elle donc ? Ses genoux seraient ils abîmés ? Prendrait-elle, dessus, en cachette d’autres garçons dont l’age et le poids ne sont plus appropriés à ce genre de jeux qu’elle lui refuse désormais ?
Soit, il faudrait éclaircir cette intrigue. Un mystère féminin en plus ce soir.

Mais voilà donc le héraut visiblement fatigué et empressé d’en finir rapidement qui s’avance et prête, à son tour serment. Petit vent de panique dans l’esprit du jeune comte. Tard …trop tard … avait il manqué à son devoir ? Qu’allait il devenir s’il n’était pas capable d’assumer son devoir d’héritier ?

Revenir en haut Aller en bas
http://meymac.forum2jeux.com/
Malycia

avatar

Nombre de messages : 394
Localisation : Tournai
Date d'inscription : 10/11/2008

Feuille de personnage
Rang Social:
Ville: Tournai
Grade:

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Jeu 21 Juil 2011 - 13:00

Bon...Elle allait lui répondre ou non? Elle révassait à quoi la comtesse, dejà un temps infini qu'elle attendait le genou ployé devant elle, serait elle plus perverse qu'elle ne l'aurait imaginé?
C'est que la brune avait autre chose à faire, dans son dos çà s'agite, et elle aimerait bien pouvoir participer à la scène en trois actes qui allait se jouer entre le père la fille et le saint Ange mais pour le coup ça ne serait pas un vaudeville car il manquait le mari trompé.

Elle hésite puis ne peut s'empêcher de détourner la tête et de vérifier ce qui peut bien se passer derrière elle, et là...son regard vient à croiser celui qu'elle attendait, et comme un fait exprès poursuivant son incursion visuelle, elle ne peut manquer la teinte rosée dont c'est ornée la rousse fille du chevalier, qui au passage ne l'avait d'ailleurs pas salué.
Volontaire ou pas, elle le saurait ou pas.
Elle détourne de nouveau son regard pour le poser sur celui de la comtesse, elle va lui répondre oui, c'est qu'à ses côtés est venu s'installer Flandres qui a son tour s'impatiente, et la blonde, la bière, elle en fait quoi...

Dans sa tête ça se bouscule, derrière il y a son tout jeune ami qui la pressait encore il y a peu d'un tas de questions auxquelles elle ne voulait répondre, elle aimerait pourtant combler ses lacunes et sa soif d'apprendre, mais dans le scénari qu'avait ecrit sa mère elle n'en faisait pas partie...et le chevalier....elle se sentait soudain comme un jouet parmi ces têtes couronnées
Sa place n'était pas parmi eux...vite...qu'on lui réponde et qu'elle fiche le camp d'ici.

Votre grandeur? acceptez vous? du monde attend que vous me répondiez.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
adrienne

avatar

Nombre de messages : 567
Date d'inscription : 01/12/2006

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Dunkerque
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Jeu 21 Juil 2011 - 15:22

Avec joie, la Comtesse avait reçu des mains de Malycia une chope emplie à ras bord et brassée avec savoir qu'elle savourait avec sagesse comme le voulait le dicton. Mais le regard teinté d'impatience de la Vicomtesse de Renaix se posa sur elle, la rappelant à la dure réalité.

Posant la chope sur le pupitre d'Ascalon, elle s'avança vers la fille de Slamjack et lui accorda une accolade vassalique dénuée de chaleur, en récitant d'un ton monocorde :


Ainsi moi, Adrienne de Hoegaarden, Comtesse des Flandres, reçoit et accepte votre allégeance. En retour je vous promets justice, protection et subsistance.

Elle resta debout lorsque vint le tour du Héraut qui n'échappait pas à la règle et ploya le genou devant elle. Elle lui accorda assurance de justice, protection et subsistance pour lui et sa mesnie, le gratifiant d'un sourire sincère.

Lorgnant d'un regard envieux la chope qui l'attendait à côté de son trône, elle la rejoignit et la sirota calmement, les réponses aux missives attendraient bien un peu ...
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 1492
Localisation : Tournai
Date d'inscription : 10/10/2005

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade:

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Jeu 21 Juil 2011 - 21:56

S'il ne pouvait savoir où le soleil en était de sa course, le chevalier avait tout de même compris, par la fatigue qu'il commençait à ressentir, que la minuit était bien dépassée et que, légalement, il ne devait plus être admis à prester allégeance. Mais il savait également qu'il était présent depuis plusieurs heures et que ce n'était que par courtoisie qu'il ne s'était présenté devant le trône en compagnie d'autres nobles. Autant dire qu'il comptait sur la qualité de réflexion de Flandre pour pouvoir enfin remplir son devoir de vassal. C'est alors que, coup sur coup, Renaix et Sint Winoksbergen se voyaient confirmer leur statut de féaux à la Couronne.

Ce qui lui laissait un boulevard. Remettant d'un coup sec son pourpoint en place, il vérifia ses diverses décorations et s'avança vers une de ses plus chères – on ne dit pas plus vieilles, c'est impoli – amies, la brune de Hoegaarden. La distance n'était guère importante, mais les quelques pas par lesquels il la couvrit furent l'occasion de se remémorer une part de leur passé commun. Le travail au Parlement, les discussions militaires et juridiques, ainsi que les longues soirées de taverne. Et surtout la patente qu'elle avait déposé pour le créer vicomte de Marchiennes, faisant peut-être de lui la première, voire la seule, personne à recevoir un tel titre pour des fonctions occupées hors de tout cadre électif.

Le sourire qu'il arborait était donc absolument sincère et dénué de la moindre volonté de fausseté ou de manipulation. Peut-être même s'agrandit-il quand il vit s'avancer vers lui la noire fille de l'ancien baron noir et qu'il lui glissa un discret :
Qui ne rêverait d'avoir une pareille dame à ses genoux ?

Et enfin, il se trouvait devant elle, abandonnant pour une fois une part du cérémonial qu'il donnait à chacun de ses serments féodaux.

« Belle amie, c'est un réel plaisir d'avoir à vous reconnaître comme Comtesse de Flandre. Je n'aurais pu souhaiter mieux pour nos belles terres septentrionales. Je sais que vous réussirez à refaire de cette province un des fleurons du Royaume. C'est pour cela que moi, Guillaume de Jeneffe, Grand Escuyer de France, Chevalier de l'Ordre royal de la Licorne, Seigneur de Wavrin, Récipiendaire du Collier d'Emeraude du Lys royal, Commandeur et Croix d'Or de l'Ordre de Sainte-Illinda, vous prête aujourd'hui allégeance pour mes terres de Marchiennes, baronnie que vous avez voulu élever en vicomté. Que notre Sainte Patronne vous veille et vous apporte le succès ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Bérénice de Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 19/02/2010

Feuille de personnage
Rang Social:
Ville:
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Ven 22 Juil 2011 - 16:29

Groumph! C'est ce qui traversa l'esprit de la jeune lionne lorsque son Père ne se conforma pas à sa volonté de se transformer en muraille humaine contre l'inconnu. Fin le presque inconnu, parce que de l'inconnu, finalement, elle connaissait les noms et prénoms, le vénérable lignage et les yeux gris. Donc elle connaissait déjà toute cette surface de la personne du jeune comte, mais tout ce qu'il y avait autours, n'était qu'un pur flou pas vraiment artistique. Il y avait un quelque chose, mais elle ne savait pas vraiment quoi et elle ne savait surtout pas à quoi s'attendre, surtout lorsque son Paternel chevaleresque eu l'excellentissime idée de l'inviter à sa manière, à rendre salutation plus poussée à l'Arduillet. Il aurait pu au moins faire ça en douceur mais non. Au lieu de ça, il l'avait carrément poussée vers le comte miniature. C'était là une exagération de sa jeune imagination qui, pour le coup, voyait tout en grand. Parce que si on lui avait demandé, elle aurait prétendu que son Père l'avait violemment poussée au point qu'elle avait failli trébucher. Certes, le Chevalier était un peu bourrin par moment, mais nul doute que l'impulsion donnée dans le dos de sa fille, avait été quelque peu légère.

En tout cas, la chose était faite et un vent de panique s'éleva sous les boucles rousses. Qu'allait elle pouvoir bien faire? Sourire un peu niaisement de de manière fort gênée? Mais la demoiselle, n'en avait pas moins une fierté mal placée. Aussi s'imaginait t elle que le jeune garçon allait forcément se gausser d'elle. Parce que oui, une ado c'est parano.Redressant le menton, pensant que sa Mère aurait fait ainsi, gonflant sa menue poitrine d'une grande respiration, elle rassembla le peu de courage qu'elle avait et s'approcha de Gailen. Quelques pas, et pourtant il lui paraissait vraiment loin. Elle prouverai ainsi au Chevalier que non, elle n'a pas peur d'un jeune garçon. Encore moins s'il est plus jeune qu'elle. Et qui en plus a de très beaux yeux et qui, pour son plus grande honneur ne sont pas bleus. C'est donc une demoiselle à moitié sûre d'elle qui s'approcha de sa jeune grandeur.

Et qui, une fois arrivée à bon port, évita de se retourner vers son Père, afin de vérifier qu'elle avait bien encore son approbation. C'est une petite révérence qui fut adressée au jeune garçon, parce que bon, même s'il n'en a pas encore l'âge, techniquement, il l'a dépasse de deux rangs. Bientôt, un seul les séparerait, mais là, c'est une remarque purement vache d'une marionnettiste qui sait très bien que le Guigui, l'est immortel, surtout dans la tête de la petite marionnette. Bref, tout ça pour dire que voilà, elle en avait un peu gros, mais elle était quand même bien élevée. Puis bon, au fond, elle avait envie d'être bien vue. Allez savoir pourquoi. En plus d'être parano, une ado dont les hormones se mettent à travailler ne sait absolument pas ce qu'elle veut.


- Bonjour... haem..Et elle est censée dire quoi? Excellente question. Votre Grandeur...C'est sorti. De toute façon, elle n'avait aucune idée de comment l'appeler. Par son prénom? Autant chez le Chevalier ça parait naturel, mais alors elle. Elle le connait pas des masses. M'enfin, le but c'est que ça évolue. Ou pas. En fait, elle en sait rien, mais pourquoi pas? Et maintenant? Il a pas l'air un peu perdu? Dans le genre "je ne sais pas quoi dire mais faut bien meubler parce que je suis déjà bien partie pour jouer les cruches, autant se mêler de se qui ne la regarde absolument pas. Si je puis me.. haem..permettre...vous semblez perdu. Enfin, on dirait... Que voulait elle dire deja? ah oui. Peut être devriez vous oser vous avancer... La cérémonie va bientôt se terminer et... je crois que le héraut n'est pas commode.Déjà, elle connaît pas le héraut, mais c'est un détail. Et on dira que c'est son papounet qui lui a dit qu'il était pas commode même si c'est pas vrai. de toute façon fallait bien qu'elle trouve un truc a dire. Ensuite, comme si le jeune d'Arduillet n'avait pas vu que la cérémonie allait prendre fin.

Vraiment Bérénice, t'en tiens une sacrée couche.
Revenir en haut Aller en bas
Gailen_d_Arduilet

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/07/2011

Feuille de personnage
Rang Social: Vagabond
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Ven 22 Juil 2011 - 21:49

Ses craintes se confirmaient !
Flandres était bel et bien en train de clôturer la cérémonie et visiblement la Comtesse avait également envie d’en finir. C’est que l’envie d’une bonne bière chez une Hoegaarden n’est pas mince affaire.
Le petit comte se sentait dépassé par la tournure que prenaient les événements. De quoi avait-il l’air, pétrifié dans son coin avec sa missive en main ? Il en avait complètement oublié la brune et la rousse qui l’avaient distrait jusque là.


*Je fais quoi maintenant ? Mamaaannnnn au secourrrrrrrrrr ! Vais-je tout perdre avant même d’y avoir droit ? *

Il s’imaginait déjà, errant pieds nus dans les rues de tournai comme un vulgaire mendiant, subissant les railleries de la populasse. « Regarde c’est l’héritier le plus stupide que les Flandres aient connu. Le fils indigne de ses illustres parents. Même pas capable de remettre une lettre à temps. » Non çà ne se pouvait, il devait faire quelque chose.

*Gaïlen t’es un homme maintenant prouve-le ! *

Un improbable événement vint changer la donne. Le successeur de sa mère se présenta devant la Comtesse. Lui aussi avait pris du retard sur le cérémonial. C’était la chance à ne pas manquer. Vu sa taille de presque homme et sa carrure de poulet mal nourri il n’aurait pas de peine à se glisser aux pieds de la Comtesse dans le sillage du vieux Vicomte. Il s’apprêtait à s’élancer quand :


Bonjour... haem…….Votre Grandeur.. Si je puis me.. haem..permettre...vous semblez perdu. Enfin, on dirait...

Il avait failli l’oublier ! Cette jeune fille qui avait l’air encore moins à l’aise que lui dans ce cérémonial et qu’il avait réussi à mettre en fuite d’un simple sourire d’ange. Les femmes étaient ainsi faites, toujours à poser les mauvaises questions au mauvais moment. Et après on lui demandait d’avoir envie de prendre épouse ? Quelle sottise !

* Perdu qu’elle me dit ? J’ai l’air perdu moi ? Si peu ! Et toi avec tes joues roses, ta voix tremblotante, tes phrases entrecoupées de haem et ta boucle que tu fais glisser entre tes doigts ! Tu penses avoir l’air de quoi ? *

Peut être devriez vous oser vous avancer... La cérémonie va bientôt se terminer et... je crois que le héraut n'est pas commode.

*Ah mais c’est que ça comprend vite ces petites choses là ! Tu penses que j’étais prêt à faire quoi ? Et devine qui m’a interrompu ? *

Malgré les agréables pensées qui se bousculaient dans son esprit, le jeune comte garda une apparence calme, signe que dame nature avait bien fait les choses et que l’art de la diplomatie des plus fins politiciens parmi ses aïeux se retrouvait bel et bien quelque part dans ses gênes. C’est donc d’une voix d’un calme monotone qu’il répondit.

Damoiselle de Jeneffe. Quelle joie de vous retrouver ! Certes, il me semble effectivement que je suis en retard, je vais m’empresser de suivre votre conseil. Si j’arrive à temps je vous serai redevable, j’espère que vous me permettrez de vous offrir un rafraîchissement une fois mon devoir accompli ? Vous avez l’air d’avoir si chaud. Maintenant veuillez m’excuser un instant.

Il ne savait pas très bien pourquoi ni quel plaisir les adultes pouvaient y trouver, mais il savait que ce genre de propositions était de coutume dans le monde des grandes personnes et avait donc prononcé ces mots sans en comprendre le sens profond ni les conséquences.

Tournant les talons sans pouvoir prendre le temps d’apprécier l’effet de ses belles paroles sur la jeune femme, il se dirigea franco vers la comtesse. Au passage il croisa sa fourbe a qui il fit son plus beau sourire et vint se placer aux cotés du vieux chevalier.


Comtesse, veuillez excuser mon arrivée tardive mais mon tuteur le dauphin de France ne pourra venir vous prêter allégeance en mon nom. Il m’a néanmoins fait parvenir cette lettre que je dois vous remettre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://meymac.forum2jeux.com/
Bérénice de Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 19/02/2010

Feuille de personnage
Rang Social:
Ville:
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Sam 23 Juil 2011 - 8:08

Bien sûr, c'est après avoir parlé que l'on réfléchi. Enfin, en ce qui la concerne. Parce que sa jeune cervelle pas encore au point avec toutes les subtilités du verbe, du cérémonial et de la convenance utilisés par les adultes qui cotoyaient ce monde auquel elle appartenait inévitablement. Elle avait quinze ans et aurait donc dû en connaître les principales ficelles. C'est ce qui aurait dû être en effet, si son Paternel n'avait pas disparu des années durant et si sa Mère n'avait plongé dans une folie sans retour. Mais ce n'était pas; malgré les virulentes leçons données par un précepteur en mal de reconnaissance et d'autorité. Bien que théoriquement en passe de devenir adulte au vu de son âge, elle n'était encore qu'un petit lionceau bien malhabile. Aussi, ne comprit elle qu'après qu'elle avait sans doute dit quelque chose à l'adresse du jeune comte, qu'elle n'aurait pas dû. Mais elle ne savait pas quoi. Elle avait juste voulu entamer la conversation, être polie. Rien de plus que la normale. Excepté que la normale ne veut pas que l'on dise à un jeune garçon en passe de devenir un homme, qu'il semble perdue, que la cérémonie va se retrouver terminée sous peu et qu'il devrait aller poser genou devant la comtesse.

Mais c'était fait. Et ce n'était pas de sa faute. Si le Vicomte et sa femme n'avaient pas failli, tout cela ne serait pas arrivé. Elle ne se serait pas senti humiliée même si les propos du jeune Gailen avaient été pour le moins respectueux. Elle ne se serait pas non plus retrouvée piégée dans le tourbillon des mondanités qui voulait qu'on ne refuse pas un rafraîchissement si gentiment proposé, proposé surtout par pure obligation. Elle le regarda s'en aller remplir son office, puis détourna son regard sur son Père. Je vous déteste. C'est promis, je vous le jure. Je vous déteste. Et vous aussi, là haut, qui est morte, songea t elle en levant les yeux au ciel, tandis qu'elle jouait entre ses doigts avec la croix en or héritée de sa mère et qui pendait à son cou. Tout cela c'est votre faute. Vexée qu'elle était, et ne sachant qu'en partie se prêter au jeu de la dissimulation, elle tira malgré elle d'un coup sec sur la chaîne qui, déjà fragile, se brisa et la laissa tomber au sol. Qu'il est dur de renier les siens, surtout cette mère à laquelle elle doit s'efforcer de ressembler et qui maîtrisait tout l'art de paraître en public et de la convenance.

Partir. Je veux partir.
Je suis un bateau ivre qui tangue sous les vagues vives.
Qui pour m’amarrer et me retenir avant que je ne chavire?

Au sol, le bijou maternel semblait la narguer mais elle se refusa à le ramasser alors que ses perles pers commençaient à légèrement piquer. Sensation qui ne faisait qu'aggraver le ressentiment qu'elle avait pour tout ce monde qui la trimballait comme bon lui semblait. Elle attendrait parce qu'elle n'avait pas le choix et que si son Père venait à savoir qu'elle n'avait pas répondu par la positive à une invitation, il lui en ferait certainement la réflexion. Toutefois, il fallait qu'elle bouge, pour se donner l'impression de fuir, au moins un instant. Aussi, s'en alla t elle un peu plus loin, vers une fenêtre derrière laquelle le jour s'était effondré. Fuir au moins par l'esprit, ce n'est déjà pas si mal, en attendant la suite. Et qu'elle suite?
Revenir en haut Aller en bas
Malycia

avatar

Nombre de messages : 394
Localisation : Tournai
Date d'inscription : 10/11/2008

Feuille de personnage
Rang Social:
Ville: Tournai
Grade:

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Dim 24 Juil 2011 - 12:37

Comment reconnait on un homme d'expérience à un qui aimerait en avoir.
Le premier n'éprouve aucune gêne à faire part de ses pensées les plus lubriques, le second n'osera quant à lui que les penser et en rêver.
Exemple flagrant alors que le chevalier de Jeneffe croise la brune vicomtesse, cette dernière ayant eut la soudaine envie de lui glisser son pieds sous le sien pour le faire trébucher, mais le pas du chevalier fut plus rapide que le dessein de l'épineuse Ronse, ne pouvant alors que répondre sur le même ton.
...un curé en soutane peut être...accompagné d'un sourire malicieux qui ne s'effaça pas lorsqu'elle croisa son jeune protégé à qui elle souffla...te voilà enfin, les moines ne t'ont pas enseigné l'exactitude.

Mais les chassés croisés ne sont pas pour installer une conversation, d'autant que la cérémonie touchait à sa fin, tant pis elle aurait sans doute d'autres occasions l'heure n'était plus aux considérations, sa seule envie était de filer rapidement.
Mais son regard fut attiré par la présence d'un objet brillant jonchant le sol, un pied se pose dessus, vision circulaire pour observer les personnes encore présentes, personne ne la regarde, elle se baisse pour ramasser la petite chainette en or qui était là abandonnée, mais à qui pouvait elle être?

Dans un coin semblant faire du boudin, boucles rousses, boudait elle à cause de la perte d'un bijou? humm, intense réflexion de notre brune, que faire aller lui demander, ou retourner auprès de Krystel et finir le fût....
Mais allez savoir pourquoi, elle fut prise d'empathie pour cette jeune fille qui semblait complètement perdue, quelque chose la reliait à elle, même si cette dernière ne pouvait en deviner pour le moment la raison, mais du moins avaient elles un point commun, toutes d'eux n'avaient qu'un père pour les guider, certes l'éducation que devait donner Guillaume à sa fille ne devait en rien ressembler à celle que Slam avait pu dispenser à la sienne.

Retour auprès de l'apprentie blanche non sans avoir enroulé entre ses doigts la chainette en or trouvée en chemin.


Damoiselle Krystel, je vois l'héritière de Jeneffe isolée dans son coin, m'accompagneriez vous jusqu'à elle, il est temps que cette damoiselle se fasse aux us de ses terres.

Plongeons d'une choppe dans le fût de moinette, et d'une autre qu'elle gardera pour elle,d'un pas assuré elle se dirige vers la jeune fille dont le regard s'était échappé par une des fenêtres.

Je ne sais si la vue vous plait, mais à cette heure et la noirceur de la nuit je crains que vous ne puissiez voir bien loin.

Sourire qui se veut aimable pour celle qui un jour viendra peut être à la détester, ou pas.

Permettez cette fois d'accepter ce rafraichissement que vous m'aviez refusé la dernière fois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ascalon

avatar

Nombre de messages : 1142
Date d'inscription : 17/06/2007

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Antwerpen
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Dim 24 Juil 2011 - 23:13

Le Héraut regardait la Comtesse en attendant qu'elle s'avance vers le Grand Ecuyer de France qui venait de ployer le genoux devant elle. Son retard se porta ensuite vers l'assemblée et il vit le jeune d'Arduilet qui était en grande discussion avec une jeune fille, il savait qui c'était, il l'avait déjà croisé, mais n'arrivait pas à remettre un nom sur son visage. Le jeune enfant semblait perdu, voire apeuré. Ascalon se demandait ce qu'il se passait, mais il ne pouvait point quitter son pupitre en pleine cérémonie.

Son regard, revint alors se fixer en direction de la Comtesse des Flandres.

_________________
Flandre , Comte de Sint Winoksbergen, Baron de Rumes, Seigneur de Temse et de Cazaux
Revenir en haut Aller en bas
Krystel Martin

avatar

Nombre de messages : 1140
Localisation : Dunkerque
Date d'inscription : 04/12/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Dunkerque
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Lun 25 Juil 2011 - 10:39

Malycia était allée prêter allégeance, laissant Krystel à ses pensées et surtout à la Moinette. Délicieux breuvage, mais il manquait quelque chose : quelques denrées à croquer. Ah ! Si la Blanche avait su, elle aurait ramené de ces délicieux pâtés de viande que Nounou préparait avec amour. Soupirs sur le délice absent, tandis que s'agitaient la noblesse flamande. Un Chevalier de Jeneffe, pris de court et courant (presque) vers la Comtesse. Une demoiselle de Jeneffe, rousse et rose devant le petit-fils de sa "presque sœur". "Presque sœur" dont elle n'avait plus guère de nouvelles, et à qui il faudrait bien sûr écrire et demander des nouvelles. Et si Mormynette était au plus mal, et qu'elle, l'indigne amie, la laissait seule ?

Mais fiente de toutes ces pensées qui obscurcissaient ce jour. Si la nuit était presque tombée, et sur cette salle et dans les pensées de la Paradisiaque, la cérémonie n'était pas encore tout-à-fait achevée, et il faudrait paraître, encore rien qu'un peu, d'humeur acceptable. Aussi, lorsque la vicomtesse de Renaix revint après avoir accompli son devoir, lui proposant d'aider une jeune fille un peu perdue, Krystel accepta. Les deux brunes accostèrent la rousse, Malycia portant une chope supplémentaire pour l'héritière de Jeneffe.

Permettez cette fois d'accepter ce rafraichissement que vous m'aviez refusé la dernière fois.

L'Angélique, elle, ne savait que dire, ni que faire. Agir ? Dire quelque chose ? Oui mais quoi ?


Le Bonsoir, Baronne.

Ah. Ah. Ah. Non mais très comique, la fille ! Et surtout, tellement originale ! Mais attention les oreilles, car maintenant, elle allait rebondir sur la proposition de la Vicomtesse !

Cette boisson est délicieuse. J'ignorais qu'on brassait d'aussi bonnes bières dans ce côté des Flandres.

Pertinence : 3/10. Intérêt : 0,5/10. Cette cérémonie, c'était le festival des paroles inoubliables. Le pire ? C'était que même Krystel se rendait compte de l'intérêt très relatif de ses paroles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
adrienne

avatar

Nombre de messages : 567
Date d'inscription : 01/12/2006

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Dunkerque
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Lun 25 Juil 2011 - 20:44

Une certaine agitation avait gagné l'assemblée au déclin du jour. Sous l'oeil attentif du Héraut de Flandres, l'astre solaire n'était plus qu'une pâle lueur à l'horizon et les retardataires se pressèrent de négliger le buffet pour s'approcher du trône.

La Comtesse avait hâte que cette longue cérémonie s'achève, tous ses membres commençaient à être engourdis et son estomac criait famine. Elle se pencha à hauteur d'Ascalon et lui murmura à l'oreille :


Le pigeon a du s'égarer en route. Rares sont ceux entraînés à survoler la Manche aussi je saurais faire preuve d'indulgence à l'égard du Sieur de Commines ...

Tout en chuchotant elle glissa dans sa main réponse à la missive du Duc de Chaligny dict Lunconnu.

Citation :
De Sa Grandeur Adrienne de Hoegaarden, Comtesse des Flandres

A vous, Geoffroy d'Harlegnan, Duc de Chaligny, Vicomte d'Oostende, Baron d'Ingelmunster et de Saint Nicolas, Seigneur de Caestre et d'Hulst, ainsi qu'à Votre Epouse Telya d'Harlegnan,

Par la présente, étant donné votre absence justifiée, c'est avec le regret de ne pouvoir vous le dire en face, que nous vous signifions qu'au nom des Flandres nous reconnaissons et acceptons votre allégeance.

Sachez qu'en retour nous vous accorderons justice, subsistance et protection pour la durée de notre règne.

Pour que rugissent les Flandres !

Adrienne de Hoegaarden,
Comtesse des Flandres




Reportant son attention sur sa noblesse, elle reconnut son vassal agenouillé à ses pieds. Esquissant un léger sourire, elle lui tapota avec affection l'épaule pour qu'il se relève et lui tint à peu près ce langage :

Pino dict le Bourru, le Bourré, le Beurré ou le Pinot. Je te sais digne de ma confiance, maintes fois tu m'as prouvé ta loyauté et ta fidélité, toujours tu as su bien administrer les terres que jadis je t'ai confiées. Aussi en vertu de l'amitié qui nous lie, j'accepte bien sur ton allégeance et je t'assurerai protection, subsistance et protection aujourd'hui et pour les sièces des siècles. Amen !

Emportée dans un élan emphatique, elle le serra dans ses bras avec une telle force qu'elle manqua de l'étouffer, lui murmurant à l'oreille un sincère :

Merci à toi de me supporter depuis tout ce temps !

Une vigoureuse claque dans son dos vint clôturer l'échange puis vint le tour du Grand Ecuyer de France, à qui la Comtesse vouait un profond respect pour les faits accomplis et la dévotion aux Flandres. Il arborait un sourire vrai, de ceux dénués de l'hypocrisie ambiante à laquelle elle était habituée. Puis elle avait toujours eu un faible pour les Chevaliers !

Guillaume mon cher ami, combien je me réjouis de votre retour au service des Flandres ! Votre serment me va droit au coeur et sachez que je ferais de mon mieux pour ne point vous décevoir. En retour je vous promets la protection, subsistance et protection que vous méritez. Relevez-vous !

Elle dévisagea le Grand Offiicer royal agenouillé face à elle et se dit que c'était l'occasion où jamais d'assouvir un vieux fantasme et de clore la cérémonie en beauté ... Sourire malicieux aux lèvres, elle s'avança avec l'impétuosité qu'on lui connaît et apposa ses lèvres aux siennes, scellant le lien de fidélité et d'affection par un baiser vassalique.

Se reculant avec une moue satisfaite, elle aperçut un jeune homme qui s'était approché de Guillaume de Jeneffe. Elle ne le connaissait guère et c'est avec curiosité qu'elle ôta le scel de la missive. Diantre ! Le pupille du Dauphin de France !


Je vous remercie, jeune Comte de Meymac, vous êtes tout excusé. Veuillez à votre tour patienter que je rédige ma réponse à votre tuteur.

Trempant sa plume d'oie dans l'encrier, elle répondit d'une écriture appliquée :

Citation :
De Sa Grandeur Adrienne de Hoegaarden, Comtesse des Flandres

A vous, Chlodwig_von_frayner, dauphin de France, duc de l'Aigle & de Bellesme, vicomte de Jublains, baron de Castelnau-de-Médoc, de Carlat, de Château-Rouge, de Lesparre, de Mulsanne & de Sillé-le-Guillaume.

Par la présente, étant donné votre absence regrettée, nous vous signifions qu'au nom des Flandres nous reconnaissons et acceptons votre allégeance.

Sachez qu'en retour nous vous accorderons comme il se doit justice, subsistance et protection pour la durée de notre règne.

Qu’il en soit ainsi de par la volonté d’Aristote et de Sainte Illinda !

Adrienne de Hoegaarden,
Comtesse des Flandres




Elle tendit au jeune noble la missive scellée et le salua d'une inclinaison de la tête. Ensuite elle croisa le regard de son Héraut.

Flandres, le jour a décliné et je souhaite clôre la cérémonie. Tous les nobles se sont-ils acquittés de leur devoir à mon égard ?
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 1492
Localisation : Tournai
Date d'inscription : 10/10/2005

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade:

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Lun 25 Juil 2011 - 22:19

Comment c'est qu'on disait encore ? « Et là, c'est le drame » ? « Fallait pas l'inviter » ? « Et bardaf, c'est l'embardée » ? Ou plutôt « Chabadabada, chabadabada, encore une fois, chabadabada » ? Ou aucune des propositions ? Oui, parce que dans le crâne du chevalier – qui n'était pas agenouillé, oui, c'est fort pas bien élevé, mais qui sait si ça ne traduit pas autre chose ? –, ça donnait quelque chose comme « Mais, elle marche bien vite, elle. Mais, elle est bien proche, elle. Mais, qu'est-ce qu'elle fait avec sa b... »

Parce que oui, le Flamand n'avait pas, mais alors pas du tout anticiper la collision labiale. En grande partie parce qu'il ne se souvenait pas avoir jamais prêté hommage de la sorte. Et aussi parce qu'il voyait depuis des années Adrienne de Hoegaarden comme une amie. Une bien avenante et élégante amie, voire plus – mais il y a ici de jeunes yeux que je ne voudrais trop perturber – mais en aucun cas une aventurière du baiser. Comme quoi, on peut avoir l'âge d'être le père de tout le royaume, on n'en reste pas moins faillible. En effet, même si le baiser vassalique n'avait pas été très long – et heureusement, sans cela on aurait eu à faire à une parodie d'hommage et non à une cérémonie réelle – les cellules grises s'agitaient sous la chevelure grise... Mouais, plutôt blanche, en fait. Pourquoi donc agir de la sorte avec lui ?...

Mais, comme tout se passe toujours de la façon absolument inverse à ce que l'on aimerait, la comtesse venait d'interrompre ses tergiversations mentales en s'adressant au futur comte de Meymac, l'héritier de deux de ses frères d'armes, quand bien même connut-il le second bien moins longtemps que le premier. Reportant dès lors son attention sur le jeune homme, Guillaume acquiesça à la réponse qui lui fut faite et le couva des yeux tandis qu'on lui tendait la réponse à l'allégeance du Dauphin de France, alias Flipper pour les intimes...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://baronniemarchiennes.forumpro.fr
Bérénice de Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 19/02/2010

Feuille de personnage
Rang Social:
Ville:
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Mar 26 Juil 2011 - 18:47

Bécasse. Voilà un mot qui s’envolait en une ritournelle lassante sous les boucles rousses. Bécasse. C’est ce qu’elle avait été. Pourquoi avait-il fallu qu’elle adresse plus de mots que de raison au jeune d’Arduillet ? Pourquoi ne s’était-elle pas contentée d’une simple salutation cordiale, agrémentée de la plus simple des politesses ? Parce que c’était une gourde. Mais surtout parce que c’était avant tout une demoiselle qui n’avait strictement aucune idée du comportement à avoir en présence d’un jeune garçon qui vous remuait ces fichues hormones. Pour sur, les autres ne seraient pas ainsi comportées. Ou alors, elles auraient roulé stupidement des hanches, gonflant leur poitrine à excès et transformant leur bouche en un cœur innocent tout en papillonnant des cils. A dire vrai, elle s’était entraînée devant une glace mais c’était trouvée fort cruche. Finalement, ça n’aurait pas été guère mieux que la prime solution qu’elle avait appliquée contre son gré. Mais ce qui est fait est fait, et cela a beau vous raboter les méninges, il n’y a rien à faire pour le changer. Et dire que certaines paysannes auraient payé cher pour être à sa place et vivre dans le faste et les richesses d’une noblesse reconnue.

Soupirant, elle ne détachait pas son regard de l’extérieur. Il n’y avait pas grand-chose à admirer, mais elle ne portait aucun intérêt à la vue du paysage somnolant. Cette bien piètre et silencieuse compagnie lui suffirait, au moins jusqu’à ce que toute cette comédie torturante prenne fin. Que faisait le Chevalier ? Encore à traîner, à discuter comme il savait si bien le faire, usant probablement de sa langue habile. Ce qui n’était en un sens, pas totalement faux, excepté que dans l’esprit inexpérimenté de la jeune fille, tout ce qui touchait un talent certain dans lequel certains adultes excellaient, lui échappait. Aussi ne vit elle, heureusement pas, le baiser vassalique qui aurait perdu de sa nature originelle, enclenchant chez elle une véritable fureur intérieure. Elle avait beau nier que la mort de sa Mère lui était encore douloureuse, elle n’acceptait pas pour autant que la gente féminine s’approche de trop prêt de son paternel, au risque de ternir l’honneur de feue la Rose. Pas compliquée du tout la jeune lionne.

Mais elle ne resta pas seule longtemps avec ses pensées toutes aussi embrumées les unes que les autres. Et sur le coup, elle ne savait pas ce qu'elle devait en penser. Si Lécéline avait été dans le coin, elle aurait su ce qu'il fallait faire. Et c'est donc un peu du tac au tac, tentant de faire bonne figure même si le coeur était ailleurs, qu'elle répondit à ses deux nouvelles compagnes du moment.


- Vicomtesse Malycia... Suivi d'une petite révérence. Elle n'avait pas fait dans l'excès de courtoisie mais ne se posa pas la question de savoir si cela dérangerait ses interlocutrice. Dame Krystel Plutôt bien retenus les noms, du moins l'espérait elle. C'est qu'un papounet avisé n'avait pas manqué de lui faire réviser à l'arrache ses leçons, en omettant bien sûr quelques détails que sa fille n'était pas encore prête à entendre. Aussi donc, la Brune ne reçut aucun regard sombre à son adresse. La naïveté préservée, ça serait presque touchant, n'est-il pas? Sauf quand cette naïveté concerne la boisson, parce que le vieux Chevalier il a encore pas fait son boulot et que le jeune gosier a du mal à s'hydrater comme il se doit. Toutefois, proposition avait été faite et il est vrai que lors de la dernière cérémonie, elle y avait échappé. Là c'était autre chose. Et à y réfléchir, il était plus aisé d'accepter un rafraîchissement proposé par une femme, que la un jeune garçon dont elle redoutait, au fond, de croiser à nouveau le regard.

En effet Ma Dame... Les circonstances de la dernière fois ne m'ont permis d'honorer votre proposition. Aussi, c'est avec plaisir que je l'accepte cette fois. Quand à la vue, il est vrai qu'à cette heure elle n'est pas des plus agréables. Comment ça, elle n'est pas à l'aise? Meuh non, c'est juste une illusion, mais ce n'est pas une bulle de savon. Et Bérénice devrait convenir, si cela ne vous dérange pas, Dame Krystel. Pourvu que le vieux il ne soit pas dans le coin, parce que pas sûr que se soit très convenant comme manière. Mais la poupée rousse, les convenances, sur le moment, elle en a franchement cure. C'est grave docteur? Et maintenant on fait quoi? On dit quoi? On pense qu'on voudrait se cacher dans les jupons de sa mère et on prie pour éviter de passer pour une buse, parce que la damoiselle, ne sait pas vraiment quoi dire.

Y a des conversations, comme ça, qui ont pour vocation à être très intéressantes.
Revenir en haut Aller en bas
Ascalon

avatar

Nombre de messages : 1142
Date d'inscription : 17/06/2007

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Antwerpen
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Mer 27 Juil 2011 - 1:04

Une petite agitation dans l'assistance... un petit malaise ? non, peut-être une petite impatience, mais surtout l'envie qu'une longue journée s'achève.

Le Grand Ecuyer de France venait de voir son allégeance acceptée, quand tout à coup, le jeune garçon qui semblait un peu perdu s'avança timidement vers la comtesse en lui tendant une patente. Ascalon fronça un peu les sourcils, tout en regardant la scène. La Comtesse des Flandres prit connaissance du contenu, puis accepta tout naturellement l'allégeance du tuteur de jeune flamand.

Elle se tourna ensuite vers le Héraut, pour savoir si on pouvait clore la cérémonie.


Votre Grandeur... il n'y a point de noble dérogeant en ce jour ! Puisque le sire de Comines n'a point reçu d'invitation et la vicomtesse de Leuze séjourne actuellement dans un couvent flamand.

Citation :
Xiangying ( Dernière connexion le 15 Mai 2011 : en retraite avant le début de la cérémonie)

Le Héraut rajouta.

Nous pouvons donc clore cette cérémonie ! Et je tenais à vous informer que votre dernière patente n'aura aucun effet. dit-il en se tournant vers le jeune Gailen d'Arduilet.

La cérémonie était maintenant terminée, il pouvait donc quitter son pupitre à sa guise. Il avança de quelques pas, et fit un signe de la main vers le jeune orphelin pour qu'il vienne vers lui. Ascalon se demandait comme il allait pouvoir amener la chose, comme il allait pouvoir lui expliquer tout cela. Il paraissait bien jeune, presque le même âge que ses enfants, cela ne devait pas être trop facile pour le petit comte. Ca commençait à bouillonner un peu dans la caboche du héraut, mais, il allait pouvoir chercher les mots... en espérant les trouver avant qu'il s'aperçoive qu'on lui faisait signe. Il lui restait quelques secondes pour remettre tout en ordre dans sa tête.

_________________
Flandre , Comte de Sint Winoksbergen, Baron de Rumes, Seigneur de Temse et de Cazaux
Revenir en haut Aller en bas
Gailen_d_Arduilet

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/07/2011

Feuille de personnage
Rang Social: Vagabond
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Mer 27 Juil 2011 - 17:29

Gaïlen essayait de ne rien manquer des événements, ce qui ne s’averrait pas chose aisée tant la soirée était animée. D‘abord il y avait la Comtesse qui décidait de clore la cérémonie par un acte que le jeune comte trouvait « troublant."Alors que sa mère lui avait cassé les oreilles depuis sa plus tendre sur les bonnes manières à appliquer en société, particulièrement en « bonne compagnie." Il pût constater de ses petits yeux écarquillés que tous ou plus précisément toutes n’appliquaient pas ces consignes à la lettre. Le fameux baiser vassalique allait faire se torturer les méninges du jeune puceau en manque de découvertes féminines encore pour un bout de temps. Du coin de l’œil, il ne pouvait pas non plus s’empêcher de surveiller le manège de la brune épineuse qui avait rejoint la rousse hésitante. Mais ! Il fût rappelé à la réalité de son allégeance et de son rôle de futur héritier par la voix du héraut.

Nous pouvons donc clore cette cérémonie ! Et je tenais à vous informer que votre dernière patente n'aura aucun effet.

* Hein ! Quoi ? Qu’a t’il dit ? Docteur c’est normal que je ne comprenne rien à ce qu’il me dit ? Ben oui t’es encore qu’un gamin puis les « officiels » ils aiment utiliser des mots que les petits ne comprennent pas. Ok mais moi je suis un futur grand donc je dois faire quoi ? Je dois lui demander qu’il m’explique en mots d’enfants ? *

Pourquoi deux voix se disputaient-elles dans sa tête ? Il avait bien, déjà, connu le phénomène, mais pas devant un héraut et des mots difficiles à comprendre pour sa jeune cervelle. D’habitude la voix du bien et du mal venaient plutôt jouer avec sa conscience pour des sujets plus frivoles, sans doute poussées par ses petites hormones de jeune mâle.

Le Héraut lui fît alors signe de s’approcher.

*Ah ben voila. On va savoir ce qu’il me veut ! *

Il s’approcha donc essayant tant bien que mal de cacher ses interrogations et son amateurisme. Droit comme un I, il salua le héraut :


Flandres, c’est un plaisir de pouvoir vous entretenir, c’est que pour moi toutes ces choses sont encore bien nouvelles, vous vous en doutez.

Revenir en haut Aller en bas
http://meymac.forum2jeux.com/
Ascalon

avatar

Nombre de messages : 1142
Date d'inscription : 17/06/2007

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Antwerpen
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Jeu 28 Juil 2011 - 23:43

Le jeune Comte l’aperçue bien plus rapidement qu'il ne l'eut cru... Et, il avançait bien rapidement malgré ses petites jambes... Pas le temps de trouver qu'il était déjà planté comme un I devant lui et qu'il le salua.

Flandres, c’est un plaisir de pouvoir vous entretenir, c’est que pour moi toutes ces choses sont encore bien nouvelles, vous vous en doutez.

Le saluant comme il se devait, il ajouta.

Enchanté Votre Grandeur. Je me doute bien qu'il vous est difficile d'entendre toutes ces choses, en si peu de temps et surtout pour votre jeune âge. Et je dois vous dire une chose, j'ai été un peu surpris par votre présence lors de cette cérémonie, mais surtout quand vous avez tendu la patente à la Comtesse. En effet la succession de votre défunte mère est toujours ouverte, c'est pour cette raison que vous n'avez reçu aucune invitation... Et croyez bien qu'à mon retour à Paris, je me renseignerai pour savoir où ça en est. Même si je constate que vous avez dû en avoir la lecture, puisque vous portiez une patente de votre "futur tuteur"...

Une petite pause, il se voulait être rassurant pour l'enfant.

Donc, soyez rassurez, vous recevrez une invitation lors de la prochaine cérémonie et votre tuteur recevra également le pli. Enfin, si d'ici là, la succession est bouclée... Par ailleurs, sachez que vous pouvez me contacter pour toutes interrogations que vous avez. Je me ferais un plaisir de vous guider et de vous éclairer. dit-il en regardant le jeune, futur comte.

_________________
Flandre , Comte de Sint Winoksbergen, Baron de Rumes, Seigneur de Temse et de Cazaux
Revenir en haut Aller en bas
Malycia

avatar

Nombre de messages : 394
Localisation : Tournai
Date d'inscription : 10/11/2008

Feuille de personnage
Rang Social:
Ville: Tournai
Grade:

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Ven 29 Juil 2011 - 15:52

Parfaite la révérence y'avait pas à dire la demoiselle avait eut une éducation raffinée, pas comme elle, même si l'éducation qu'on lui avait prodigué lui permettait de ne pas bafouiller lorsqu'elle s'adressait à un homme, et encore moins à un jeune homme à peine sorti de l'enfance.

Les circonstances? quelles avaient elles été, aucun souvenir de quelque chose de particulier hormis la présence du cétacé que Krystel affectionnait, à moins que ça ne soit une réponse bidonnée que lui avait apprise à faire sa bonne éducation.

Ma foi elle s'en fichait pas mal de la dernière fois, et colla dans les mains de la rouquine la blonde qu'elle lui proposait.

Autour de ses doigts scintillait la chainette en or qu'elle y avait entrelacé.

Dans ce cas trinquons, à votre présence et celle de...port de tête qui se tourne dans la direction du trône, regard qui se pose sur, allez savoir sur lequel des deux, le jeune qui semblait aux prises du héraut ou le vieux qui vient de se faire embrasser comme si la comtesse se cherchait un trophée, ou un vieux souvenir à garder de cette cérémonie qui enfin se cloturait.

Reportant alors à nouveau son attention sur son interlocutrice;

Ma foi peut être que certaines sont finalement bien moins désagreables que d'autres, avait elle une image en tête toute particulière? Allez savoir.

Mais faites moi plaisir, je pense que nos âges ne doivent pas être si éloignés, appelez moi Malycia, je déteste les cérémonials.

_________________


Dernière édition par Malycia le Sam 30 Juil 2011 - 18:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gailen_d_Arduilet

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/07/2011

Feuille de personnage
Rang Social: Vagabond
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Sam 30 Juil 2011 - 16:59

Gaïlen écouta très attentivement le héraut. Le petit futur comte était certainement encore bien jeune, mais malgré que l’Eglise le trouvait encore trop jeune pour être capable de comprendre les modalités du baptême, il comprenait très bien les principes de la succession surtout quand il s’agissait de son cas personnel. Après tout il était tombé dans le bain héraldique à la naissance.

Flandres, merci de ces éclaircissements. Veuillez m’excuser si j’ai outrepassé mes droits en me présentant à la cérémonie avant que la succession ne soit réglée. Je me suis fait induire en erreur par celui qui se prétend mon parrain et mon tuteur mais qui n’est encore officiellement aucun des deux. Vous comprendrez qu’en recevant cette lettre , j’ai cru bon de venir l’apporter au plus vite, sans doute apeuré de voir la seule chose qui me reste de feu mes parents s’envoler.

Je ferai donc attention a ne plus faire d’erreur lors de la prochaine cérémonie, même si mon petit doigt me dit que d’ici là le dossier sera bouclé.

Puis, s’approchant du héraut, sur un ton plus bas à la limite du chuchotement :

Concernant mon tuteur, j’aimerais vous poser certaines questions car j’ai des craintes.
Je suis sans nouvelles de lui depuis …

Il réfléchit.

Depuis toujours, en fait. Mais j’ai entendu des rumeurs comme quoi il serait de faible santé et tenterait de survivre dans un monastère. S’il devait ne plus réapparaître dans la vie publique ou, euh, comment dire, trépasser. Qu’adviendrait il de moi ? Qui deviendrait mon tuteur ?
Je ne sais comment cet individu fût choisi alors qu’il n’est même pas de ma famille. Certes mes grands parents Saint Anges ne sont pas au mieux en ce moment, mais j’ai également de la famille proche en la personne de ma tante et future marraine Ellesya de la Louveterie. Pourrait elle devenir ma tutrice ?


Il regarda le héraut avec ses grands yeux écarquillés, reprenant difficilement son souffle après ce monologue des plus techniques.
Revenir en haut Aller en bas
http://meymac.forum2jeux.com/
Bérénice de Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 19/02/2010

Feuille de personnage
Rang Social:
Ville:
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Mar 2 Aoû 2011 - 17:38

Et la poupée rousse de se retrouver avec le nez pointé vers une blonde qui venait d'atterrir dans sa main. Ou alors était-ce sur le bijou? Regret. Résignation. Changement de pensées agitées. Alors donc, quand on propose un rafraîchissement, ce n'est pas que des paroles en l'air. Constatation des plus stupides s'il en est, mais sur le coup, la donzelle ne sait pas trop quoi penser. En plus, se noyer dans l'alcool, sur le coup, ça ne serait pas du luxe. M'enfin, pas sûr que se soit le top du top de la convenance. Et en plus, le Vieux, il a encore pas pris le temps à sa fille d'apprécier comme il se doit, les douceurs alcoolisées. Inadmissible n'est il pas? Mais bon, entre courir la bourgeoise et trousser jupons, c'est sûr qu'il ne peut pas tout faire ni ne peut penser à tous, surtout à son âge. Parce que s'il est pas encore canné, il en est pas loin quand même...

Un Merci fut adressé à la Brune, tandis que les yeux verts eurent la bonne idée de se tourner en direction du trône, entrainant inévitablement un rougissement des joues. Parce que vous vous doutez bien, que la jeune de Jeneffe, elle a pas posé le regard sur le Paternel qui n'a toujours aucun intérêt.

Et bien... je vous avoue aussi ne pas apprécier toutes ces convenances... étouffantes je dirais. Père excelle dans toutes ces fanfreluches et semble y prendre plaisir. Mère était très à l'aise aussi. Je me demande comment ils font... Et en parlant de Mère, puis-je récupérer le pendant? Je l'ai... jeté... enfin perdu. En fait, ça craint grave comme question et vu que la réponse reviendrait à avouer qu'elle a jeté volontairement le précieux souvenir maternel, vous pensez bien que Bérénice, se contente de garder bouche close. Quitte à pleurer ultérieurement de n'avoir plus cette source étrange de réconfort.

Père a voulu que je vienne avec lui...Ca, ça s'appelle juste un tout petit mensonge, mais bien sûr on ne dira rien. Sans doute croit-il que je doive encore apprendre au sujet des allégeances. Hop, on trempe distraitement ses lèvres dans la moinette aimablement servie. Je n'ai pas attendu qu'il revienne pour savoir ce qu'il en est. Entre Marchiennes. et Calmont aussi. Enfin, ce n'est pas grave. Je suis avec lui, même s'il n'a pas encore compris que je n'étais plus une petite fille.

Mais... Désolée je dois vous ennuyer avec toutes ces histoires.

Vous connaissez bien Gailen?
Alors celle là, elle avait pas prévu de la prononcer à voix haute. Trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Ascalon

avatar

Nombre de messages : 1142
Date d'inscription : 17/06/2007

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Antwerpen
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Mar 9 Aoû 2011 - 0:45

Ascalon écoutait attentivement le jeune Comte. Il semblait déjà moins inquiet. Il lui répondit à voix mi-basse afin que ça reste entre eux.

Mais ne vous en faites pas, votre Tuteur a seulement anticipé sur les volontés de votre défunte mère. Il n'est en rien un usurpateur, car il devait avoir connaissance du contenu du testament et je peux vous dire, sans le connaitre, que selon moi, il a cru bien faire en vous confiant cette lettre.

Ascalon le regarda avec un petit sourire quand il parlait des prémonitions de son petit doigt. Puis il se voulut rassurant concernant les inquiétudes du jeune futur comte.

Nous n'en sommes pas encore là puisqu'il vous a fait parvenir cette lettre il y a peu. Mais étant mineur, vous n'êtes pas capable, dans le sens littéral du terme, de gérer convenablement vos terres, et une tutelle sera en effet prononcée, et généralement, selon le degré de parenté... mais encore une fois, ne vous tracassez pas avec toutes ses questions qui ne sont pas de votre âge.

Certes, il n'avait pas répondu clairement au jeune enfant, même si cela l'aurait surement rassuré, car il ne souhaitait pas l'induire en erreur ou lui faire peur bêtement. En effet comment répondre à une question dont personne ne connait la réponse et surtout qui repose sur la mort d'une personne. Trop d'aléas à prendre en compte pour formuler une réponse précise, et dans ce cas là, la meilleure solution est d'esquiver sans trop de fracas.

_________________
Flandre , Comte de Sint Winoksbergen, Baron de Rumes, Seigneur de Temse et de Cazaux
Revenir en haut Aller en bas
Gailen_d_Arduilet

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/07/2011

Feuille de personnage
Rang Social: Vagabond
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Mer 10 Aoû 2011 - 21:41

Gaïlen qui espérait bien des réponses de son entrevue avec le héraut du se rendre à l'évidence. Il ne tirerait rien de celui-ci qui visiblement était trop empêtré dans les méandres de l'administration pour lui répondre de façon efficace.

Non mais il me prend pour qui à me regarder avec son sourire niais ? Et ses réponses là ? Mais oui, il est beau , il est gentil, il est sympathique le dauphin. "Un homme de toute confiance", suffit de voir comme il prenait goût a rendre des petits "services" à ma défunte mère. "Puis toi Gaïlen , on ne va pas te le dire pour ne pas te vexer, mais t'es trop petit et trop bête pour comprendre, laisse çà à ceux qui savent, va jouer a la baballe brave petit ."

Nomeho, j'ai 13 ans, je suis au bord de la majorité, puis je suis un Arduilet ! je porte dans mon sang bien plus d'héritage en matière de connaissances qu'un misérable comme toi ne pourra jamais en accumuler. Pas grave, reste avec ton orgueil injustifié de petit héraut de province, je m'adresserai a personne de meilleure valeur pour avoir réponse à mes questions. S'ils pensent que je vais laisser ma vie et mon héritage entre les mains de "Chlodwig le fantôme" ils se trompent !

Gaïlen restait de marbre, malgré la colère qui montait en lui. Il écouta le héraut sans broncher et sans piper mot. Une fois celui-ci ayant terminé ses banalités, il dit sur un ton monotone.

Je vous remercie. je 'en vais donc vaquer à mes occupations infantiles . A très bientôt.

Et tournant les talons se mit a observer le flux des convives. Une scène lui attira l’œil. Il décida donc d'observer pour voir comment il allait pouvoir se glisser dans la conversations des damoiselles.

Revenir en haut Aller en bas
http://meymac.forum2jeux.com/
Malycia

avatar

Nombre de messages : 394
Localisation : Tournai
Date d'inscription : 10/11/2008

Feuille de personnage
Rang Social:
Ville: Tournai
Grade:

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Ven 9 Sep 2011 - 16:13

Elle se demandait si la rousse en face d'elle avait déjà rencontré le sien de paternel,parceque même si ces derniers se connaissaient il n'en restait pas moins qu'ils ne se ressemblaient aucunement, si l'un était féru de courtoisie et autres courbettes, l'autre était comment dire, brut de pomme, le mâle dans toute sa splendeur, viril et souvent grossier, du genre à ne pas tortiller du cul pour déféquer droit, enfin voyez le genre, pas besoin de plus insister sur la personnalité dudit père de la brune vicomtesse.

Tout en écoutant la demoiselle elle s'amusait machinalement à faire tourner la chaine autour de son doigt, un tour en avant un tour en arrière, peut être bien que la jeune fille finirait par lui stopper net et crier, rends le moi il est à moi, mais apparemment non,sans doute n'était elle pas la sienne, arrêt du petit jeu, elle enfourme le bijou au fond de sa poche.

Père, mère, père, elle n'a que ce mot à la bouche ma parole, ça lui arrive de penser par elle même? Tout le contraire d'elle, qui a toujours vécu sa vie pleinement, bon sans pour autant se défaire de son père, mais n'est pas toujours allée dans son sens, bravant même les interdits en épousant un homme qu'il ne souhaitait pas pour elle, mais l'avenir lui aura donné un peu raison.

Bref qu'est ce qu'elle lui dit, ah oui qu'elle s'emmerde, pour résumer, pauvre petite poupée élégante obéissante.
Un sourire malicieux éclaire alors son visage, le père elle le connait, un peu, beaucoup, passionnément...à la folie? Faut pas pousser tout de même, même si la brune n'est plus à une folie près, mais devenir amie de sa fille ne serait pas pour lui déplaire d'autant qu'il ne tenait pas plus que ça à la lui présenter alors, autant mettre les deux pieds dans le plat toute seule, comme elle savait le faire.

Mais le nom de Gailen est soudain évoqué, flûte elle a perdu une occasion d'interroger la miss sur son illustre vieux, mais elle y reviendrait, faut pas rêver elle ne lâche jamais.

Gailen? le petit avorton juste là bas qui est en train de nous regarder?

L'avait elle dit assez fort pour qu'il l'entende, car evidemment elle n'en pensait pas un mot mais la fourbe n'avouait jamais ses sentiments et encore moins en public.

Oui assez bien, peut etre pas aussi bien que votre p...mords toi la langue au lieu de trop parler comme à tes habitudes, enfin pas aussi intime...continues tu t'enfonces là, je voulais dire avec plus de timidité, mouais là ça ne veut plus rien dire du tout.

Pourquoi vous vous intéressez à lui?

Vas y noies le poisson

C'est vrai qu'une fois ses problèmes de succession réglés il fera un parti très convoité, m'enfin pour le reste...

Toujours garder un peu de suspens, ne pas terminer ses phrases, un peu à la façon d'un certain fleurdelyssé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bérénice de Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 19/02/2010

Feuille de personnage
Rang Social:
Ville:
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Jeu 22 Sep 2011 - 15:30

Elle avait parlé. Elle avait osé poser la question. Elle avait osé demandé l'indemandable. Et même pas elle avait tenté de mettre en oeuvre le fameux précepte qui veut que l'on tourne au minimum sept fois dans sa bouche sa langue avant de l'ouvrir. Même pas qu'elle y avait songé. Même pas une seule seconde. Et bonjour la honte qui en ressortait. Pour qui allait être passer hein? Etait-ce vraiment le moment de se poser la question? En avait elle le temps? Là elle avait juste le temps de tenter de rattraper le coup, si au moins elle pouvait rattraper quelque chose. C'est pas sa dignité qu'elle allait pouvoir rattraper à sa grande déception.

Et une petite rousse vexée ça donne quoi? Pas grand chose. Ou alors quelque chose d'exceptionnel : un jeune museau qui cherche désespérément à se noyer dans son verre de bière... Et qui trouve qu'il n'en reste plus guère d'ailleurs. Aurait elle déjà tout bu? Aurait t elle vidé d'un trait sa boisson devant tout ce monde...? R.I.P ma dignité... Heureusement, le vieux ne traine pas dans le coin. Pourvu que la vieille ne voit pas ce dramatique épisode de la vie de sa fille depuis ses nuages.
Réfléchit Bérénice. Réfléchit. C'est le moment.


Oui Gailen... Lui, là las bas. Parce qu'il y en a plusieurs? On lui aurait menti? Non là tu dérailles chérie, tu dérailles. Concentration.
Et heu... Elle a dit quoi la madame là? Parti. Succession. Mais qu'est-ce qu'elle dit...?

- M'intéresser à lui...?Il a fallu le temps, mais bon un cerveau de rousse, ça peut valoir une cervelle de blonde sur bien des points. Pourquoi voulez vous que je m'intéresse à lui...? Bah oui, quelle idée. En fait... je l'ai croisé une fois... et heu... c'est tout... Et je ne vois pas pourquoi je m'intéresserait à lui.
Mariage! Voilà! Mariage? Elle y a fait allusion? Ou pas? Ne serait pas une grimace de dégout qui se dessine sur le visage encore teinté de certains traits de l'enfance?
Je ne veux pas me marier. Et Père le sait. Non... Non je voulais juste savoir... enfin. S'il est gentil. Sors les rames, les JO c'est pour bientot.
Revenir en haut Aller en bas
Gailen_d_Arduilet

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/07/2011

Feuille de personnage
Rang Social: Vagabond
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   Ven 30 Sep 2011 - 15:21

Après cet épisode ayant confronté son égo de jeune noble orgueilleux à la rigidité de l'administration, notre jeune futur comte allait maintenant pouvoir se distraire auprès des dames. On lui avait assez dit que ce serait surement une des ses occupations les plus enivrantes lorsqu'il serait adulte. Il fallait donc s'y mettre.

Gailen? le petit avorton juste là bas qui est en train de nous regarder?

Oui Gailen... Et heu..

Une faille !Formation serrez les rangs ! Chargeeeez !

Damoiselles, quel plaisir de vous retrouver. je ne savais pas que vous vous connaissiez. Belle soirée n'est-ce pas ?

Toujours commencer par une diversion, stratégie quand tu nous tiens ... Puis :

De quoi parliez vous ?

Revenir en haut Aller en bas
http://meymac.forum2jeux.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cérémonie d'allégeance: Adrienne - Juin 1459
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» 12 juin 2010 Catch and Slash vs Darkside Cowboys
» [HRP]Cérémonie vassalique
» Nef 26-27 Juin à Villeneuve d'Ascq
» Le Printemps du Jeu, Bourgoin-Jallieu les 12 et 13 juin
» Spectacle médiéval le 27 juin à Seclin (59)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Ville et le Chateau de Bruges :: Pont du Roy - Koningsbrug :: Cérémonies d'allégeance-
Sauter vers: