Forum de l'administration du Comté de Flandre - Het centrum voor de administratie van het Graafschap Vlaanderen
 
AccueilFAQS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Camille-Agathe

avatar

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 15/03/2010

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mar 16 Mar 2010 - 21:59

"En espérant que la môme se tienne à carreau... Pas envie de me retrouver avec ça sur les genoux"

ça ? Y en a qu'un qui l'appelle "ça", son grand ennmi, barbiche. Mais là c'est une voix de fille. L'enfant jette un regard de coté. Pas question de tourner la tête pendant que Mélusine réajuste sa robe et lui plante sa jolie fleur dans les cheveux. Un regard de haut en bas pour bien se souvenir de ne pas approcher de la dame qui n'aime pas les nenfants. Enfin si on peut appeler "ça" une dame, elle est même pas assez grande encore, ses genoux doivent être tous piqueux.

Je monte que sur les genoux des vrais grands, déclare-t-elle à Mélusine.

Je rêve ou mon orpheline se forge une carapace improvisée ? Encore un peu de boulot et elle répondra plus du tout, même par personne interposée. Chuis fière de ma petite créature, tiens. Ah, le héros blond vient d'arriver ! Il s'accroupit auprès d'elle, ce qu'aucun grand n'avait fait jusque là, pis lui en plus c'est le chef de toute la fête d'abord. L'enfant ne se sent plus de fierté. Et alors bonheur de tous les bonheurs, il lui fait le bisou sur la main réservé aux vraies dames.


Merci de me faire l'honneur de votre présence chère Camille.

Et il lui dit vous comme aux vraies dames ! Ha ! ça fera taire les vilaines-même-pas-grandes, ça. D'habitude elle lui aurait sauté au cou, mais il la traite comme une princesse, alors elle se fait un réel plaisir à jouer le jeu. Une profonde révérence, avec une main aggripée à la houpelande de Melusine pour pas tomber.

Je suis chantée que vous m'a invitée, mossieur Seigneur mon Duncan.

C'est pas encore ça, mais c'est le plus proche qu'elle puisse faire d'un vrai discours de dame. Une fois Duncan reparti, Camille attrape la main de Mélusine et sourit à ses deux gardiens, toute fière.
Revenir en haut Aller en bas
Margaux.

avatar

Nombre de messages : 257
Localisation : Tournai
Date d'inscription : 07/11/2006

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mer 17 Mar 2010 - 0:47

[Hostel Saint-Ange, Place Saint-Ange, face à la Cathédrale Saint Sauveur – L’est trop belle la mariée ! Normal c'est une mariée !!]


Durant un instant, le silence envahit la pièce et cette fois-ci c'est exactement comme si elle était vide. Même les deux enfants qu'elle rencontre pour la première fois ne font aucun bruit. De nombreux regards sont échangés, des sourires aussi. C'est Lulue qui rompt le silence la première.

Bonjour Margaux ! Je rêve où t’as failli être en retard à ton propre mariage ?

Margaux fait mine d'être offensée mais comme souvent cela ne dure pas longtemps. Et moi je rêve ou... l'espace d'un instant j'ai cru voir une idée folle illuminer ton œil ?

Alors ?...
Dit la muse d'une voix toute petite voix... Qu'en pensez-vous ?

Tu permets ?

Et le jeu des muses continue : Tout ce que tu voudras ma muse !

Alors que Lucie époussetait sa robe et examinait sa toilette sous toutes les coutures, ses pensées emmenèrent Margaux beaucoup plus loin que ce à quoi elle s'attendait.

Discrète, la muse ? Elle l'avait toujours été et le serait probablement jusqu'à son dernier jour. En revanche, avec les personnes qui la connaissaient le mieux - et ces trois femmes là étaient de celles-ci -ce côté de sa personnalité s'effaçait. S'il refaisait surface à ce moment là, c'était surement preuve qu'elle était plus nerveuse qu'elle voulait bien se l'admettre.

Avait-elle peur ? Et si oui de quoi ? Duncan l'aimait, elle le savait, le ressentait et elle l'aimait également à tel point qu'elle ne voyait pas sa vie sans lui. Était-ce normal qu'elle ait l'impression qu'une tornade de questions venait mettre son grain de sel dans sa tête ? Toutes les femmes et les hommes qui allaient se dire oui devant Aristote le ressentaient-ils ? Où était-elle la seule ?
Et Duncan ? Où était-il à présent ? Déjà en la Cathédrale ? Et que ressentait-il ?

Plus elle se questionnait et plus elle ressentait l'envie de se trouver face à lui de prendre ses mains dans les siennes et de plonger ses deux yeux verts dans son regard. Cela ferait à coup sûr battre son cœur plus fort et plus vite, cela ne manquait jamais.
Tandis qu'elle pensait trop comme souvent, elle se mit à mordiller distraitement sa lèvre inférieure, la moue bien connue de tous ceux et celles qu'elle côtoyait.


Cy ? Peux-t-on voir l'entrée de la Cathédrale d'ici ? Comment savoir où ils en sont ? Je ne voudrais pas que mon futur s'inquiète de ne pas me voir !
Revenir en haut Aller en bas
Baile

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 14/03/2010

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mer 17 Mar 2010 - 3:30

[J'touche pas aux agneaux qu'on mène à l'abattoir, fussent-ils nommés Wen Rolling Eyes]



Elle s'était laissé emporter par le rythme de la chanson, et s'enflammait au fur et à mesure des paroles qu'elle avait écrites, impulsivement, parce qu'un air lui trottait dans l'esprit depuis quelques jours. Quand elle se tut, elle était légèrement essoufflée, mais elle rayonnait, parce que, fondamentalement, elle était d'humeur joyeuse, et parce qu'elle s'imaginait la tête de Wen si elle écoutait les mots qu'elle lui dédiait.

Mais ce n'est pas la Flamande qui entra en premier. C'était Lulue, accompagnée de sa Cassandre que la Baile avait rapidement vue à l'accouchement Elle lui adressa un sourire et lui fit un signe de la main, puis se retourna vers sa namazone.

Hey Lulue! Je savais que t'aimerais! J't'en ferai une quand tu te marieras, va!... Mais dis, où sont donc passées les deux-magnifiques-filles-dont-je-vais-être-la...?

Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase, car enfin, après des heures et des heures d'attente, la plus belle mariée de Flandres faisait son apparition. Le sourire de la Baile s'étira jusqu'à ses oreilles jusqu'à ce qu'elle éclate de rire aux premiers mots de la Muse.

Wen, je te promets, et devant témoins, des vraies témoins en plus, steuplé, que dans trois mois, trois semaines et trois nuits, je viendrai te chanter une sérénade sous ton balcon... si ton mariage avec Duncan tient toujours...

Elle avait rajouté cette dernière phrase par pure provocation, mais elle avait déjà connu trop de mariages qui s'étaient soldés par un échec, celui qui avait failli être le sien par exemple, trop de querelles domestiques qui avaient dégénéré en séparation, qu'elle ne pouvait décemment pas ne pas balancer cette phrase à la Flamande.

Wen avait ri, et puis la bonne humeur était devenue générale, et tout se passait bien dans le meilleur des mondes, jusqu'à la question fatidique de la jeune femme. Ahhhh les femmes... Elles ne peuvent pas oublier pendant plus d'une minute l'homme de leur vie... La Baile lâcha un grognement non retenu puis s'approcha rapidement de sa Cap'.

Cap'! Je demande la permission de faire un saut dans la rue en face, afin d'infiltrer les rangs ennemis, et de voir si le futur geôlier de Wen l'attend bien devant l'autel, chaines à la main !

Anticipant la réponse de Zya qui ne pouvait dire non à une demande si...convaincante, la Baile se rua hors de la pièce et courut jusqu'à la cathédrale, dont elle poussa la porte tout en essayant de calmer sa respiration. Elle jeta un coup d'oeil autour d'elle, posa le regard sur une silhouette accroupie devant une enfant, leva les yeux vers le couple qui l'accompagnait, reconnut la femme et tenta de lui faire des signes de là où elle était. Mais peine perdue.

Alors elle pivota les talons et s'en retourna à l'Hostel Saint Ange, ayant vu ce qu'il y avait à voir. Elle retrouva Wen, se posta en face d'elle et lui dit:

Si ton futur c'est un grand blond, plutôt bien bâti, qui pourrait éventuellement s'adresser à une gamine, et qui probablement connaitrait Melusine qui accompagne ladite gamine, alors oui, ton futur est d'jà là-bas et il t'attend de pied ferme! Du moins j'espère pour lui..........
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mer 17 Mar 2010 - 15:27

Un grand barbu longeait la place qui menait à la Cathédrale, le pas serein malgré les cloches qui teintaient à la volée. Prenant une longue inspiration, ses yeux bleu mer démontée suivaient le ballet incessant de la haute aristocratie flamande et française qui déboulait pour l'évênement tant attendu dans le petit comté le plus septentrional de France. Dans son habit des grandes occasions, le tournaisien patientait à quelques dizaines de pas de la grande porte, il attendait patiement....
Revenir en haut Aller en bas
Eulaly

avatar

Nombre de messages : 280
Localisation : Tournai
Date d'inscription : 11/02/2010

Feuille de personnage
Rang Social:
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mer 17 Mar 2010 - 17:11

Au Comité des Fêtes

Moonflower arrive au Comité des Fêtes pour y déposer un dossier important quand soudain, son attention est attirée par les cloches qui carillonnent à toutes volées. Assourdissant !
Curieuse, elle dépose vite fait son papier sur un bureau et va voir ce qui peut bien se passer là-bas.


Devant la cathédrale

Un cortège d'hommes et de femmes richement vêtus pour la plupart entrent par la grand'porte.
"Un mariage de nobles..."
La jeune fille n'en a jamais vu. Ce doit être beau un mariage de nobles... Osera t'elle se fondre dans la foule ? Remarquerait-on cette simple jeune fille dans ses vêtements de tous les jours ? Elle hésite un instant puis a une idée fantastique. Il suffit d'attendre que tout le monde soit entré !... C'est ce qu'elle fait.


Dans la cathédrale

Juste avant que les portes ne se referment, Moonflower se glisse à l'arrière des bancs. Un mariage de noble ! C'est excitant ! Pouvait pas manquer çà... Quand elle aperçoit le marié devant l'autel. "Duncan !!! C'est le mariage de Duncan ! Mince alors !"
Elle savait que le noble tournaisien devait se marier ... avec une certaine Margaux croit-elle se rappeler... Elle avait vu la publication des bans. Ceci dit, elle et Duncan n'était pas assez proches pour qu'elle fusse invitée à ses noces. Quelle drôle de coïncidence tout de même qu'elle arrive justement ici maintenant. Elle sourit intérieurement.
Si c'est bien le mariage de Duncan... nombre de tournaisiens doivent être là... Elle les cherche du regard.
"Mélusine et Camille !", "Rosa !", "Ic... Ica ?!!". Gros pincement au coeur... Son fiancé ! Son fiancé ne l'a lui a même pas proposer de l'accompagner !... Elle serre les dents, elle serre les poings... "Alors çà !".
Elle veut sortir d'ici. Une colère immense l'a envahie. Elle tourne les talons, le visage enragé et voit Julien affalé là, à l'arrière, habillé comme un gueux. Elle le regarde, le jauge une seconde, hausse les épaules puis repasse la porte dans l'autre sens à toute vitesse.
Revenir en haut Aller en bas
zya

avatar

Nombre de messages : 318
Localisation : Place Saint Ange à Bruges
Date d'inscription : 30/04/2006

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Limoges
Grade:

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mer 17 Mar 2010 - 20:45

[Hotel Sainct-Ange, place du même nom, Cathédrale au nom d'espoir - L'est d'une magnificience extrême, notre mariée! Et l'marié a intérêt à assurer, j'vous l'dis, moi!]


Ballet, quand tu nous tiens. Ca changeait d'il y a quelques minutes. Un fils accroché, une Scribe dans un état similaire, mais avec une fille. Une mariée toute... penaude. Un garde du corps surexcité. Superbe peinture à faire, n'est-ce pas, Muse?
Et la vieille jeune veuve (comprenez, elle est jeune, mais veuve depuis... pfiou! tout ça) de se pencher sur son enfant. S'abaisser, avant que de s'adresser à lui.


Dis, mon Lionceau... Tu vois, la jeune demoiselle, là... qui s'tient un peu comme toi... c'est la fille de Lucie... Cassandre... Tu n'veux pas lui montrer un peu les lieux, pendant que nous finissons de préparer Margaux, la belle dame en rouge, là... Enfin, tu t'en doutais, je présume, que c'était elle, la mariée... vu qu'elle est en rouge! *léger rire* Et une fois fait, tu nous rejoins ici, avec elle. Ca te permettra de te faire, peut être, une amie, non? *passer sur la Camille dont il lui rabâchait les oreilles, depuis quelques jours. Elle ne la connait pas, elle. Elle se fera une idée après. Parait qu'elle sera là* Et ne te tâche pas, avant le mariage. Fais honneur à tes Chevaliers préférés, mon ange.

Vaguement sentimentaliste à l'extrême, l'Ange? C'est qu'on se raccroche à ce qu'on peut, à ce qu'on a, à ceux qu'on aime, quand on a besoin de se recréer. Et le Lion et sa descendance en font parti, même si le deuil est dur à passer. Plus que quiconque ne pourra jamais le voir... même un certain Blond lorrain ou un garde quasi omniscient.

Elle se redresse alors, et comme le plus jeune des deux enfants s'approche de l'autre, elle répond à ces Soeurs.


Je suis heureuse que vous soyez enfin là, toutes deux... Tes anges sont entre de bonnes mains, Lucie? Et toi, Margaux, tu es tout simplement splendide! Même avec un peu de poussière!
On peut voir, d'ici, l'entrée de la cathédr.... oui, Baile, v...
Pfffff, elle a quoi? Le feu aux fesses, elle? Elle ne tient pas en place...


Parce que c'est une Baile de dos qui lui fait face... 'fin, façon d'parler. Parce que ses fesses avaient déjà disparu du champ de vision des jeunes femmes. Haussement d'épaules, comme elle s'approche à son tour de la Kermellen. Elle lui attrape les mains, vient l'enserrer doucement dans ses bras, avant de reprendre.

Je me souviens du jour de mon propre mariage. Oh, je sais, je ne connaissais presque pas Rehaël, à l'époque. Un mariage entre deux grandes familles, comme on en voit tant... Mais je me souviens de toutes les émotions qui m'ont envahie, comme si c'était hier. L'angoisse sur le perron, la peur de se tromper, une fois sur le prie-dieu, devant Monseigneur Aaron, le soulagement, une fois que c'eût fini... Tu as cet immense avantage de te savoir aimée et de le chérir... Tu seras parfaite...

Et comme pour symboliser la vieille amitié des deux Flamandes, le Chevalier se dirigea vers un bureau, dont elle entrouvrit un tiroir, en tirant une chaine. Petit sourire et petit rire.

Pendant la période de fiancailles, on m'a ouvertement chambré sur une ceinture de chasteté et ma mère m'a remis, après l'usage de vérifier qu'une jeune fille est pure, une chaine, avec une clé, symbôle de mon changement de famille, si je puis dire. Symbole aussi de ma libération, mais bon, toi, tu n'es pas en cage. Ce n'est pas la fameuse clé... je la garde, pour le cas où j'aurais une fille, un jour. Mais voilà, je n'ai pu résister, lorsque j'étais à Paris, à en faire faire un double... *petit rire, alors qu'elle passe l'objet à chaine longue, au cou de la Muse* Lucie, tu sais à quoi t'attendre, si un jour tu te maries!

Embrasser ensuite "sa Flamande" et lui murmurer, dans le but de la détendre un "Merci de ne pas avoir mis de décolleté trop plongeant, comme cela commence à être la mode! Je peux aussi te donner une bourse de cuir, pour l'y glisser... Je ne sais si Duncan aimerait te voir avec une clé au cou..."

Puis une Baile revint, quelques minutes après, suivie de peu des enfants. Mais avant leur entrée, les trois amies prirent encore un peu de temps, pour elles, pour préparer la mariée, l'évènement, et la suite de la journée, tout simplement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
audelia

avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : Tournai, Flandres
Date d'inscription : 10/11/2009

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Jeu 18 Mar 2010 - 12:05

Pas encore prête
Un colonel, une blanche, et un grand jour, pas le moment d’être en retard, oui mais bon…..

Fallait déjà choisir la tenue : uniforme réglementaire au risque de faire un peu voyant dans les murs de la cathédrale, ou bien une jolie robe bouffante, se déguiser une nouvelle fois en dame et devoir se parer des manières qui vont avec….

Un cri provient du salon
:
Audéliaaaaaaaaaaa ?
Zut Maryse, sa mère d’adoption qui s’impatiente
On vient te chercher ou tu descends seule ?
Zut rezut, elle et Gui s’impatientent, fallait pas qu’ils regrettent déjà de l’avoir proclamée fille d’adoption.
Pas vraiment idée de ce que pouvait faire une fille, ni de ce que devaient apporter des parents, manque d’expérience sûrement, pourtant elle ne voulait pas les décevoir.

C’est entendu, la robe de poupée pour la messe puis l’uniforme seyant, prés du corps ,dans la besace dés fois qu’elle ne tienne pas la journée à user de verbes châtiés, ça fera plus assorti.

Un peu de poudre pour dissimuler la cicatrice toute fraîche sur sa pommette, souvenir du château et zouuuu.

Lentement, elle descend les marches, histoire de ne pas se vautrer déjà.

Ils sont là, Maryse et Gui , endimanchés comme elle, soupir de soulagement.

WOUAOUWWWW la classe les vi.... parents!
Un peu nerveuse, elle tente de paraître sereine, mais bon sang : c’est le colonel qui se marie !!!!
Bon on y va ? Je vous attends !

Reste encore le temps du trajet pour peaufiner la démarche….chaque seconde compte.

Quelques minutes interminables pour ses pieds après, ils se retrouvent dans la cathédrale, pincement au cœur en apercevant Duncan et le baron, un sourire dirigé envers le vicaire, plus qu’à attendre la mariée.
Vivement qu’elle puisse ôter ses chausses de filles, ça craint là dedans pour ses orteils.
Revenir en haut Aller en bas
Joie

avatar

Nombre de messages : 1659
Localisation : Bruges
Date d'inscription : 04/04/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Bruges
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Jeu 18 Mar 2010 - 13:38

Joie avait complètement oublié le mariage de Duncan et de Margaux, en revenant de la prévôté elle entend les cloches qui sonnent à tue-tête... Elle part en direction de la cathédrale, une fois devant la porte Joie lisse sa houppelande arrange sa coiffure du bout de ses doigts et rentre...

Le marié est déjà là, elle se signe, avance très doucement le long de l'allée principale à la recherche d'une place pas trop loin ni trop près pour suivre la cérémonie sans être dérangée.

Une place au bord de l'allée est libre, Joie s'assoit et regarde autour d'elle discrètement... Elle salut de la tête quelques personnes qu'elle connait, Elle n'avait pas vu Icar, si elle l'avait vu avant de s'asseoir elle l'aurait rejoint...

Une petite fille là fait sourire elle est très jolie, elle a un sourire angélique... Joie attend en silence l'arrivée de la mariée qui devrait être comme toutes les mariées de toutes beautés...
Revenir en haut Aller en bas
Lulue

avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Jeu 18 Mar 2010 - 14:05

[Hostel Saint-Ange, Place Saint-Ange, face à la Cathédrale Saint Sauveur – Comment ça on vous gonfle avec nos précisions ? – Cy faut qu’on apprenne à notre mariée à utiliser correctement le rouleau à pâtisserie sur le marié et le lancé d’assiettes !]


Il paraît qu’elle est trop perfectionniste sur certains points la rendant chieuse à l’extrême, la Lucie.
Ben hum replacer une ou deux mèches de cheveux de la mariée qui s’étaient carapatées, ne devaient que confirmer les dires.
En même temps c’est pour ça qui l’aime hein… mais si mais si, c’est juste qu’ils ne sont pas forcément au courant. Tsss
Elle ne répondit pas à la question de Margaux, non ça elle préféra le garder pour elle, et se contenta de lui adresser un sourire malicieux, lui montra ainsi qu’elle avait visé juste.
Par contre, elle se décida à apporter réponse à la question de ses deux petits Anges qui lui manquaient déjà (ça promet pour la suite tiens).
Mais avant encourager sa fille à aller avec Gaïlen faire le tour du propriétaire.
Elle se mit à sa hauteur et lui fit un sourire.


Allez ma puce, je suis sure que vous allez bien vous entendre, je serais là à ton retour, promis.

Déposer un baiser sur le front de Cassandre avant de se tourner à nouveau vers ses Blanches préférées.

Baile ayant refusée de jouer les nounous ce jour, j’ai demandé à Ambre de veiller sur les jumelles. Ton Lioncau à drôlement grandit, Cy... les années défilent décidément.

Pincement coeur, norf trop de souvenirs qui reviennent soudainement.
Secouer imperceptiblement la tête tout en écoutant la Cap’.
Elle ne put s’empêcher de rire à la remarque de celle-ci.


Et bien ma foi, j’aurais la panoplie complète. Lors de mon mariage, une de mes Blondinettes m’avait offert une ceinture de chasteté. Mais vous remarquerez que je n'ai jamais compris comment ça s'utilisait c'truc là, Cassandre étant née quelques mois plus tard.

Sentir le fou rire pointer le bout de son nez, mais elle arrivera à le contenir.
Quand on y reprense, c'était bien une bande d'adorables fous.
Nostalgique ? Oui elle était en train de le devenir.
Elle s’absenta un instant et revient dans la pièce un petit bout de tissus dans les mains.
Il était blanc avec un ruban bleu autour.
On disait qu’il était le symbole de l’amour, de la pureté et de la fidélité, alors forcément, elle ne pouvait que l’offrir à leur mariée.
Elle prit ses mains dans les siennes.


Margaux
… lui sourire… Ma Muse, je ne sais pas si je suis la mieux placée pour te conseiller étant loin d’être un modèle et j’suis assez nulle pour ça d’ailleurs, mais… Je sais que mes meilleures années sont celles que j’ai pu passer aux côtés de mon époux, alors profites bien de chaque instant que tu peux passer avec lui et n’oubliez pas qu’il faut d’abord penser à vous, à votre bien être, c’est tout ce qui compte.

Bon ben voilà, elle commençait à tomber dans le gnian-gnian, la veuve... mpfff.
Lucie rendit ensuite la liberté aux mains de la Flamande, laissant toutefois le petit présent dans l’une de celle-ci..


Il paraît qu’il porte chance à celle qui le porte autour de la cuisse… je n’ai pas eu l’occasion d’essayer moi-même alors tu seras la première si tu veux bien.

Quelques minutes plus tard, tous étaient à nouveau au rendez-vous.
Dernière vérification et puis ...


Je crois que cette fois-ci c’est bon, nous pouvons aller rejoindre le marié. Si non il va finir par lancer une troupe à notre recherche de peur qu’on t’ait enlevée !
Revenir en haut Aller en bas
Wonderanny

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 18/03/2010

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 1:41

Un coche, deux coches, dix coches…
A voir l’attroupement devant la splendide cathédrale, elle est évidemment en retard. Le sien, elle l’a laissé à Paris pour troquer les quatre chevaux blancs qui accompagnaient le sien pour un seul. Paris… Paris pour deux mariages et une enterrement… Non finalement Paris pas pour deux mariages mais pour un vrai et un simili mariage ! Enfin, reste à voir, dans quelques jours. Bref !
Elle les a mis en gardiennage à l’hôtel Azayes, eux 4, les beaux blancs mais aussi FoucleCamps III. Point de destrier donc à l’horizon, point celui qui l’accompagne en cas de conflits mais un simple animal plus fin et plus rapide dont le nom lui échappe ceci dit. Mémoire sélective la Blanche à ses heures…
Donc, un simple coursier, sans nom, même pas choisi, même pas acheté, juste emprunté, troqué plus aisément lors des nombreux changements en les diverses auberges. Ils s’appelleront donc numéro 1, 2, 3 … 7 et 8 ! De simples chevaux pour parcourir la campagne et les lieux qui la séparent de Muse.

Au chaud dans les besaces sont pliés délicatement et soigneusement empaquetés la féminine tenue d’un vert émeraude qu’elle troquera dès son arrivée contre celle plutôt masculine et armée dont elle orne son corps en ces chemins pour l’instant. Etrange comme cet incartade, seule, est bénéfique au moral de la Grande. Paysage et soleil naissant en ce même pas début de Printemps sont des plus revigorants. Profonde inspiration tandis que l’animal ralenti le rythme de son envoûtement. Talonnades en les flancs du numéro 8. « La cadence on tient amigo, c’est qu’on est pas rendu ! »

Chemin épuisant et long… malgré tout ! Enfin, la cité prend son ampleur du bas de ses remparts. Ralentir la cadence, faire virevolter le laisser passer et prendre enfin la direction de l’auberge que l’on vient de lui indiquer.
La bas, sont attendus les invités. La bas, se débarbouiller de la boue et de la poussière, jeter en vrac braie, bottes armes et autre artifices de la guerrière qu’elle est, de la cavalière qu’elle fut sans relâche durant de longs jours. Cacher, masquer de quelques artifices le fard fatigué de ses joues, boucler un rapide chignon avant que d’enfiler la tenue adéquate, se parer de quelques perles, en résumé se rendre présentable pour un tel évènement. Boucle bouclée, fin prête la Dame des Dames.

Arrivée devant la Cathédrale, l’interrogation se fait sienne, entrer ou ne pas entrer ? Comme un doute qui s’installe, étrangement mais doucement. Un coche, deux coches, dix coches… Oui bon en retard elle est. Oui mais bon c’est habituel ça … Naméoooo ou étaient elles ? Les Blanches ? Parce qu’a regarder le bal incessant des entrées, non… Elle ne connaissait personne et ça c’était plutôt étrange. Bien sur, en Flandres, elle venait si peu qu’à part le fantôme de GuiGui, elle ne voyait pas qui elle aurait pu saluer mais…. Quand le doute s’installe : Etait elle au bon endroit ?
Revenir en haut Aller en bas
Margaux.

avatar

Nombre de messages : 257
Localisation : Tournai
Date d'inscription : 07/11/2006

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 1:48

[Aux portes de la Cathédrale Saint Sauveur – Le grand moment est arrivé !]

Elle y était, ils y étaient... enfin ! comme ils aimaient à le dire tous deux. Ils s'étaient montré patients, doux, attentifs l'un à l'autre et le moment de se dire oui était arrivé.

Un dernier regard est échangé avec ses témoins auprès de qui elle venait de passer ses derniers instants en tant que Damoiselle Margaux de Kermellen. Et comme derniers instants, elle n'aurait pas pu rêver mieux.

Elles avaient rit aux taquineries de Baile et elle n'avait pas reculé face à ses essais (ça fait un peu souris de laboratoire mais c'est pas loin en fait ^^) de provocation sur sa personne. Quand Baile avait promis devant témoins qu'elle viendrait chanter une sérénade sous son balcon dans trois mois, trois semaines et trois jours si les mariés l'étaient toujours, elle ne s'était pas offusquée, n'avait pas protesté mais avait simplement répliqué qu'ils l'attendraient ce soir là.

Quant au tableau Capitaine ! C’est en effet le plus beau qu’elle ait vu depuis longtemps et pourtant elle en a vu la muse !
Là devant elle se trouvait un jeune lion et une peut être future muse cramponnés aux jambes de leurs mères, impressionnés par tant de remue ménage et on pouvait les comprendre sans mal.

Bien décidée à ne pas gâcher ses moments pas trop de pensées inutiles et d’inquiétudes sans fondements, Margaux s’était reprise. Elle se concentra dès lors sur le moment présent et sur les prochains qui les mèneraient jusqu’au bonheur le plus pur.

Je suis heureuse que vous soyez enfin là, toutes deux... Tes anges sont entre de bonnes mains, Lucie? Et toi, Margaux, tu es tout simplement splendide! Même avec un peu de poussière!
On peut voir, d'ici, l'entrée de la cathédr.... oui, Baile, v...
Pfffff, elle a quoi? Le feu aux fesses, elle? Elle ne tient pas en place...


Les trois sœurs, les trois nesquivaliers s’étaient étonnées de l’empressement et de l’enthousiasme surprenant de Baile. Pour ceux qui ne la connaissent pas cette jeune femme était capable de déplacer des montagnes pour ceux et celles auxquels elle était attachée… en cela il n’y avait rien d’étonnant. En revanche, sa voix et ses chants n’étaient pas ceux que l’on entendait le plus à la commanderie et pour tout dire c’était une grande première pour la Muse elle-même que de l’entendre chanter… sûrement un présent de noces en avance mais on ne peut plus original

Si tout les geôliers étaient comme Duncan nos épées seraient bien inutiles, songea-t-elle en réponse aux dernières mots qui avaient été prononcés avant qu’elle tourne les talons.

Puis, était venu le moment des accolades, des souvenirs évoqués à voix haute et enfin des conseils. Il avait été dur de contenir ses émotions quand sa flamande, comme elle aimait à appeler Cyrielle, avait parlé de son propre mariage et ce qu’elle avait ressenti ce jour là. Margaux cru l’entendre décrire ses propres interrogations… Puis, elle avait sorti une longue chaîne qu’elle avait passée autour du cou de
Margaux. Sur celle-ci se promenait une clef qui se trouvait être un double de celle qu’avait reçu Cy lors de ces noces.


Margaux avait embrassé l’Ange et avait sourit au murmure. Elle avait alors glissé la clef à l’intérieur de sa robe, la gardant ainsi contre son cœur.

Le temps des surprises n’était pas encore terminé, penser cela aurait signifié qu’elle connaissait bien mal sa muse. Un sourire malicieux plaqué sur les lèvres, elle était sortie pour revenir avec un petit morceau de tissu blanc et bleu : une jarretière.

Toujours aussi émue, une esquire avait sourit à une autre et avait promis de profiter de chaque instant avec son époux comme s’il était le dernier qu’ils auraient à vivre.

Enfin époux, époux, il faut le dire vite parce que si vous vous souvenez bien, la Blanche est toujours au portes de la cathédrale… enfin me direz vous ! Mais… ce n’est pas tous les jours qu’on se marie alors autant faire les choses comme il faut.

C’est donc dans une robe rouge que la promise avait grimpé un à un les degrés qui la séparait de la porte de la Cathédrale. Un dernier regard, un sourire à ses compagnes de ces dernières heures, des sourires également et des salutations discrètes aux invités qui avaient fait le déplacement puis elle n’eut plus d’yeux que pour Duncan. Il était bien là comme le lui avait appris Baile à son retour.

La chaînette reposait contre sa peau et le symbole de pureté, d’amour et de fidélité avait été placé où il devait être. C’était une mariée fin prête, encore un peu tremblante mais toujours aussi sûre de son amour qui s’avançait vers son futur époux.


Dernière édition par Margaux. le Ven 19 Mar 2010 - 10:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Camille-Agathe

avatar

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 15/03/2010

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 6:09

[Vas-y Margaux, vas-y Margaux, vas-y !]

Installée, ou plutôt calée, entre Mélusine et Saian, la gamine entend le murmure qui parcourt la foule et se tord le cou pour essayer de voir la mariée. A tous les coups ils l'ont coincée entre eux deux pour éviter qu'elle se rue sur Margaux en lui expliquant "tu es belle, et d'abord c'est moi qui navait raison parce que tu es cro belle et pis en plusse, t'es blonde.". Vous qui ne connaissez pas Camille, faites moi confiance, ils ont eu bien raison.

Le cou se tord, se tend... la colonne vertébrale s'étire, on dirait un oisillon qui attend la bécquée, et enfin, elle la voit.

Ouah.....

Heureusement c'est sorti touuuuut doucement, dans un souffle, sinon y a encore des mêmes pas grandes qui trouveraient à redire. Elle est belle, mais alors...Hachement. Camille lève le nez vers Mélusine qui a l'air toute némue. Némue, c'est quand on a des larmes dans les yeux, comme si qu'on était criste, alors qu'en fait, non. Retour/zoom sur Margaux, elle avance comme une vraie de vraie dame noble, et même que c'est normal passaque elle est noble. La mariée regarde personne, que Duncan... et Camille suit son regard. Comment il la regarde ! Jamais vu ça, la gamine. Ca lui coupe la chique, et tant mieux, dites.
Revenir en haut Aller en bas
Slam Jack

avatar

Nombre de messages : 2243
Localisation : Tournai RP & HRP!
Date d'inscription : 22/03/2006

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 8:37

Le Baron Noir ne savait plus où donner de la tête. S'il avait su... Mais il aurait du se douter que le mariage de sa Vassale amènerait pléthore de Dames blanches! Slamjack déshabillait du regard toutes les jolies donzelles qui déferlaient dans la cathédrale. Il ne put retenir un :

Nom d'une burne, qu'elles sont bonnes!

Le Seigneur de Lys-Lez-Lannoy observa le vicaire d'un air faussement gêné, sans être sur qu'il avait entendu ses propos. Il se remit alors à comtempler les jolies filles d'un oeil lubrique. A son voisin, il fit un commentaire :

Y'a certainement moyen de conclure. Sur un malentendu, ça peut passer. Vivement les festivités.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scenario-paintball.com (demandez Slam Jack)
felina

avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 10:27

Un pigeon qui avait du être gras et en belle forme, mais qui désormais n'est plus que maigrelet et déplumé, entre alors dans l'immense cathédrale, faisant entendre un discret roucoulement avant de se poser sous l'une des arches. A sa patte un vélin froissé et humide, lié par un lacet de cuir.
Lorsque la missive sera déroulée, l'on pourra lire ces mots, d'une écriture malhabile, la manchote ne parvenant définitivement pas à faire mieux de sa seule main gauche valide.
Aucun sceau, aucune signature autre que des initiales, mais le destinataire du dit message saura aisément en reconnaître l'auteur.

Citation :
Duncan,

Votre invitation à me joindre à vous lors de votre union officielle m'est bel et bien parvenue, mais vous devrez vous contenter de ce piaf pour me représenter en ce jour. Des affaires me retiennent quelque part dans le royaume, bien loin de vos terres Flamandes et de plus, vous n'êtes pas sans savoir que plus jamais mes pas ne fouleront ce sol maudit qui m'a tant pris.
Bien que je ne crois plus au bonheur, le malheur ayant une fois décidé de me prendre récemment ce qui m'avait maintenue en vie ces derniers mois, je vous en souhaite néanmoins le plus possible dans cette nouvelle vie que vous entamez en vous mariant.

Croyez bien que je ne vous oublie pas et que vous restez l'un de mes meilleurs souvenirs en Flandres.

Cette missive n'attend nulle réponse, mais est simplement un gage d'amitié d'une fille de rien.

Respectueusement. Mes pensées vous accompagnent.

F. R


La Féline avait du sortir un instant de son état de folie profonde pour écrire ces mots, elle qui sombrait un peu plus chaque jour depuis la mort de son Autre. Mais l'homme en valait la peine. A peine les mots couchés que la mercenaire reprendrait la route avec les siens, semant terreur et désolation, sans la moindre parcelle de regret ou trace d'humanité. Ad Vitam Eternam ...
Revenir en haut Aller en bas
Krystel Martin

avatar

Nombre de messages : 1140
Localisation : Dunkerque
Date d'inscription : 04/12/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Dunkerque
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 13:27

Krystel s'était contenté d'un superbe haussement d'épaules en entendant la mioche faire des commentaires à Mélusine. Bah, au moins ça lui éviterait de devoir se torcher de la bave de môme sur les genoux !

La curiosité de Krystel à l'égard des gens massés à l'extérieur de l'édifice fut rapidement satisfaite : ils rentrèrent enfin à l'abri du... froid. Pas d'bol pour eux, il ne faisait pas plus chaud à l'intérieur. Emmitouflée dans sa cape, la jeune fille se félicitait d'avoir été prévoyante... Le marié était là, manquait plus que la mariée. Et comme elle se faisait plus qu'attendre, la jeune fille se cala les fesses sur le banc, espérant - priant - pour que la mariée ne fît pas demi-tour sur le parvis de l'église. Car enfin, la damoiselle n'avait quand même pas perdu près de deux heures à s'apprêter pour rentrer une demi-heure plus tard chez elle, non ?


Mais que fabri... Par Aristote !

Alors que Krystel était en train de se plaindre du retard de la mariée, icelle fit son apparition aux portes de la Cathédrale. Elle était entourée d'une flopée de jupons. Des Dames Blanches, sans doute. Un grognement la fit se tourner : visiblement, le Baron noir avait fait un commentaire. Lequel ? Krystel aurait bien aimé le savoir. Simple curiosité féminine.

La belle blonde se déplaça lentement vers son futur. Elle regardait un point fixe, vers l'horizon. Dieu ? Krystel tenta de voir ce que la mariée voyait : ah non. Ce n'était pas Dieu, ni le Vicaire. C'était son fiancé.


Mouarf, à un moment j'ai cru qu'elle avait des visions.

Oui, une vision, elle en avait bien une. Elle n'était pas si horrible que cela, bien sûr. Mais bon... Krystel n'aurait jamais regardé Duncan de cette manière. Elle n'avait jamais regardé personne ainsi, d'ailleurs. C'était donc ça, le regard de l'amour ? Hé bien...

Voilà qui ne donne pas envie de tomber amoureuse.

Alors qu'elle n'attendait rien, quelque chose lui tomba sur le chapeau noir. Elle y mit la main et...

Ierk !

Un pigeon venait de lui déféquer dessus. La bestiole, nullement gênée par sa petite commission, continuait tranquillement son chemin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
otta19

avatar

Nombre de messages : 77
Localisation : Bruges
Date d'inscription : 18/11/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Bruges
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 14:52

Le FSF sourit en voyant Slam Jack regarder partout ou il y avait des Dames. Fort jolie les demoiselles! Mais il aurait tout de même donner un coup de coude à son supérieure pour qu'il arrête de fixer les dames si.... ardument....
Revenir en haut Aller en bas
maryse

avatar

Nombre de messages : 2230
Date d'inscription : 14/09/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: bruges
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 15:14

Les d'Assault se presse , Guichard tire son épouse par la main en râlant .

IL est légèrement énervé par le retard, prie par leur fille qui a mis des heures à se préparer .

Maryse observe son époux endimancher dans son uniforme , costume d'apparat et Audelia jolie comme un coeur .

Bien des hommes vont rager de ne pas être son cavalier.

La jeune femme ne regrette pas de ne pas avoir mis de tenue compliqué , vu à la vitesse dont marche son époux .

Enfin arrivé , ils entre dans la superbe cathédrale , bien du monde est déjà présent et c'est discrètement qu'ils trouvent un banc libre pour s'asseoir .

Maryse se retourne vers son époux et lui chuchote .

-Eh bien point de retard , tu t'es énervé pour rien et puis notre file est charmante .

Guichard grimace doucement , puis chuchote à son tour.

-Mon coeur tu l'es aussi charmante , même ravissante , mais que ... les femmes ..
Revenir en haut Aller en bas
Alixe



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 15:18

Le son des cloches emplit la cathédrale tandis qu'une femme épanouie pose son premier pied dans celle-ci. Dans sa belle robe, la mariée était resplendissante, et elle dégageait une vive énergie autour d'elle. Son regard croise celui d'Alixe qui lui lance un clin d'oeil. Pas besoin d'encouragement pour ce jour, juste de présence. Celle des Dames Blanches qui suivaient comptait sans nul doute. Soeurs entre soeurs, même une fois mariée ... Elle se pencha vers l'oreille d'Eleanore qui était assise sagement sur ses genoux.

- C'est Margaux, ma puce ... La muse des Dames Blanches ... Une Dame importante ... Elle est belle, hein ? C'est son jour, aujourd'hui.

Et il sera sûrement un des plus importants de sa vie ...
Revenir en haut Aller en bas
Brezhonneg

avatar

Nombre de messages : 967
Localisation : Bruges
Date d'inscription : 03/03/2009

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Bruges
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 18:25

Brez arrive pas en avance à la cérémonie, débordé qu'il est et ayant perdu un peu de temps à se faire plus beau qu'à l'accoutumée...

Il salue les visages connus. Un signe de tête respectueux au Général et aux personnes de qualité présentes. Puis, pas loin devant lui, il aperçoit la bourgmestre brugeoise et son chef de clan d'époux ! Il les salue chaleureusement. Ils sont suivis d'une brune toute en beauté... il la regarde et sourit.


"Ben là, je reste bouche bée ! Ça change de l'uniforme sale brune ! Comme quoi y a bien une femme là dessous !"

Et pas la plus moche, loin de là, pense-t-il mais ne dit rien, faudrait pas qu'elle ait trop de compliments d'un coup. Il rit doucement avec un air taquin...

"Puis-je me glisser à côté de vous les d'Assault ? En si agréable compagnie, j'aurai peut-être l'air également sympathique !"

Il s'installe au bout du banc, à côté d'Audelia, assise quant à elle à côté de ses parents d'adoption. Il leur sourit, puis à la fille et tâche de ne pas se dissiper pour suivre la cérémonie avec attention.
Revenir en haut Aller en bas
duncan
Soldat d'Elite
Soldat d'Elite
avatar

Nombre de messages : 676
Date d'inscription : 11/09/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 18:53

"Patience est mère de vertu" dit le proverbe mais elle est aussi mère de doutes, d'angoisses et de nervosité. Et lorsqu'on est comme Duncan, impatient au possible (la légende dira que sa patience ne dépasse pas les 8 secondes...), attendre sa promise, même si elle n'est pas encore en retard, a le don de le rendre anxieux.

On pouvait le voir se retourner toutes les...8 secondes (si vous aviez suivi, vous auriez deviné tout seul), se retenant de faire les 100 pas entre l'Autel et la porte de la Cathédrale.
Heureusement, le Vicaire était là, ainsi que ses témoins et tous les invités, non pas qu'ils le rassuraient par leur présence (un peu quand même) mais il l'empêchaient de se donner en spectacle.

C'est, forcément, au moment où il ne regardait pas vers l'entrée de la Cathédrale que la Blanche toute de rouge vêtue arriva. Les murmures emplis d'admiration le firent se retourner et là...Son corps, son esprit, tout se détendit en lui, seul un sourire, presque niais, se dessina sur son visage.

Radieuse, lumineuse, plus belle que jamais, voilà comment il la voyait.
Guerrier au cœur tendre, parfois dur et parfois doux, la vie n'est pas faite que de malheurs la preuve en ce jour.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Finute

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 15/03/2010

Feuille de personnage
Rang Social:
Ville: Périgueux
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 18:54

La mariée se faisait attendre et encore moult invités entraient en la Cathédrale. Généralement, c'était toujours ainsi, de quoi inquiéter, mais connaissant Margaux... c'était surement dans la préparation que cela trainait.
Dans tout les cas, la Brune, debout dans la Cathédrale ne connaissait personne, à part un visage qui lui disait vaguement quelqu'un, mais qui ? Telle était sa question. Mis à part cette personne... tous inconnu de visage, de nom, ce serait surement autre chose.

En revanche, à l'entrée, elle reconnue la tête de sa GA, et quelques minutes après celle de l'une de ses sœurs, Alixe. Enfin, elle se sentait un peu moins seule, mais encore fallait-il qu'elles arrivent à se voir.

Sur ce, la mariée réalisait enfin son entrée dans sa belle robe rouge. Le visage de la Brune se dessina en un sourire, avec en prime un regard plus doux. L'aspect Dame Blanche se laissant choir par l'aspect Comtesse. Pas toujours agréable mais il le faut parfois, c'est ainsi jouer la comédie. Or là... elle était heureuse pour la Muse. Ce serait au moins le seul beau jour par rapport aux prochaines semaines.
Et elle allait en profiter seulement durant le mariage, s'obligeant à les quitter ensuite. Malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Melusine34

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 10/10/2009

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Ven 19 Mar 2010 - 19:11

Perdue de vue la fleur adroitement accrochée dans les cheveux de Camille et ses doutes quant au fait qu’elle s’y maintienne longtemps ; mis de côté son agacement vis-à-vis de l’entrée de Julien, éludée sa surprise et inquiétude à voir si peu de ses sœurs dans l’édifice ou aux abords…Finute, Alixe… … Margaux vient d’entrer ! La Blanche sourit voyant s’avancer derrière la jolie Blonde flamboyante pour une fois ses sœurs d’armes. Enfin ! Elles étaient là… pas qu’elle commençait à s’inquiéter ou à s’impatienter mais ; bref c’est pas là l’important; elles étaient enfin là et Margaux était majestueuse.

Camille toujours dans ses jambes, les yeux écarquillés n’en perdait pas une miette. La brunette la prit dans ses bras et lui murmura quelques mots à l’oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Gailen

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 14/03/2010

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Sam 20 Mar 2010 - 15:51

Ils sont enfin partis vers la cathédrale.

Sa mère l'avait rappelé alors qu'il déambulait encore dans les couloir de la demeure, avec la jeune Cassandre. La jeune fille ne parlait pas beaucoup, et Gaïlen aurait voulu être un peu plus grand pour savoir quoi lui dire. Mais il n'a pas beaucoup parlé non plus, se contentant de jouer, à son niveau, le rôle de guide que sa mère lui avait demandé d'endosser.
Lorsque les deux enfants sont revenus dans la pièce principale, c'était pour voir leur maman respective entourant la future mariée, toutes trois plutôt assez émues. Le jeune d'Arduilet s'est demandé un instant ce qui pouvait causer ces émotions aux adultes, et a conclu, fort logiquement pour son jeune âge, que le mariage en était la raison. De là à s'imaginer que lorsque sa maman avait épousé son papa, elle était dans cet état-là, il n'y avait qu'un pas qu'il franchit allègrement.

Pressé qu'il était au début de rejoindre Camille dans l'église, il restait immobile maintenant, des questions le taraudant à la suite de la pensée qu'il venait d'avoir. Combien de fois pouvait-on se marier? Et est-ce que sa maman allait se remarier si la réponse précédente était supérieure à 1? Et si elle se mariait, parce que la réponse d'avant était supérieure à 1, qui épouserait-elle donc? Pourrait-il donner son avis, toujours si la réponse était supérieure à 1, maintenant qu'il était né et savait penser?
Les sourcils froncés face à tant de questionnement, il avait fini par suivre sa mère et ses amies sans broncher. De temps en temps, il jetait un oeil à cette dernière, l'air de dire "Comment donc je vais te poser la question?...".

Mais très vite, ils sont arrivés devant la porte de la cathédrale. Alors, envolées temporairement, les questions. Dedans il y avait probablement Camille avec sa fausse maman, et il avait hâte de pouvoir jouer de nouveau avec elle, même s'il savait qu'une église n'était pas une taverne et que sa mère n'apprécierait pas qu'il "ne tienne pas son rang" comme elle le lui disait parfois.
A l'intérieur, il y a déjà beaucoup de gens. Et tout le monde s'est retourné d'un bloc pour voir la mariée qui venait avec eux. Gaïlen s'est mis à observer les invités avec curiosité, jusqu'à ce qu'il capte le regard de Camille, un peu plus loin devant lui, coincée entre Saian et Mélusine. Un sourire a illuminé son visage et il a levé la main en signe de reconnaissance. Reste à voir maintenant où allait le faire asseoir sa mère...
Revenir en haut Aller en bas
Icarionnoste

avatar

Nombre de messages : 332
Date d'inscription : 24/11/2009

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Tournai (Doornik)
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Sam 20 Mar 2010 - 16:51

Mais quel bordel sentimentalo-lubrique. Voilà que la petite fleur entrait, et aussitôt, ressortait.

-« Vais encore me faire engueuler ce soir …

Secoue la tête négativement, croise le regard du petit Gailen qui passe par là, lui tire la langue pour lui foutre la trouille. Enfin … Sans réelle conviction, pas la tête à ça, le gosse va juste croire que le Flamoc’ tente de lui montrer ses amygdales.
Range le matériel linguistique, continue son inspection zieutale. Fait le tour, gentiment, l’air de rien, histoire de reconnaître quelques têtes …
Bon, y’a les habituels Flamands qu’il salue d’un geste aussi bref que poli de la tête.
Sinon personne …

Alors qu’il s’apprête à baisser les yeux, histoire de compter les carreaux pour passer le temps, une dame dans l’allée centrale l’interloque. Non, elle ne lui parle pas. Mais son visage … défection alors … il l’a déjà vu …
Impossible de savoir quand, ni où, ni dans quelle situation, c’était en tout les cas, y’a un sacré bout de temps.


Demande à son voisin, un touriste semble-t-il de qui il peut s’agir, évidemment le type ne sait pas … Le Flamoc’ cherche alors une tête au sang bleu, sont souvent bien renseignés ceux là. Une dame lui tourne le dos sur le banc d’en face.

-« Excusez gente dame, je suis navré de vous déranger, mais … connaitriez-vous la dame dans l’allée centrale.

Montre du doigt (rah le malpoli) la dame qui le chiffonne …

-« C’est Angélique de la Rochefoucauld. »

Ah …

Tronche dubitative du Flamoc’ … connaît pas vraiment les titrailles et les fiefs attribués.

Excusez d’insister gente dame, mais pour la pauvre geusaille que je suis, n’a-t-elle pas un surnom ? un diminutif.

La gente dame se retourne, inspectant le Flamoc’ de haut en bas, un air de dédain et en même temps d’envie parcours son regard, tudieu … il va subir un droit de cuisage le malheureux …

En effet, les … gueux, l’appelle Finute. »

Remerciements assez prompts, « Finute … Finute … » Ca lui parle … « Finute … Fi … Fi … », « fifi !! » Mimizan, la Gascogne ! Les genoux de Papa, les genoux de Maman, (alternance parentale doués quand même les vieux !) il y a si longtemps … des années, des années et des années …
Ouvre de grands yeux, effaré par cette découverte … Et fixe du cyan de ses rétines et avec acharnement, celle qui a connu le gosse Icar.
Revenir en haut Aller en bas
Camille-Agathe

avatar

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 15/03/2010

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Sam 20 Mar 2010 - 19:34

Si vous demandez à Camille ce que Mélusine lui a soufflé à l'oreille, elle vous dira que c'est un socret, d'abord.
Excusez-là, elle ne fait pas encore bien la différence entre chuchoter pour ne pas déranger l'assistance, et chuchoter parce que c'est confidentiel. Pourtant, elle devrait avoir la puce à l'oreille, la petiote, parce que ce que vient de lui chuchoter Mélusine n'a aucune raison valable d'être tenu secret.


Patience, ma chérie, bientôt tu pourras aller embrasser Margaux et Duncan, mais pour l'instant tu restes sage et silencieuse.

Ah ouais tu parles d'un secret. L'enfant hoche la tête, bien décidée à obéir et à être une enfant modèle. Deux secondes plus tard, ce farceur de Harry Stote lui offre sur un plateau la plus difficile à résister de toutes les tentations.

Gailen.

Elle s'apprête à bondir vers lui, pour lui raconter que a y est elle a cacran, que a y est elle grimpe sur les chaises sans qu'on l'aide, tout plein de choses passionnantes, quoi... quand il lui sourit, et lui fait un petit signe discret. Elan coupé net, tué dans l'oeuf et tout ça, elle décide d'imiter son chef, qui sait tout mieux qu'elle. Joues roses de plaisir de le voir et d'effort pour se retenir de le montrer, elle lui offre son sourire le plus éclatant et lève la main bien moins discrètement que lui, mais au moins, en silence. Les mariés pourront remercier Gailen plus tard. Tirant sur la manche de Mélusine pour attirer son attention sur son copain/chef, elle ne le quitte plus des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   

Revenir en haut Aller en bas
 
15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan
Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» 24 Novembre 1456 : Mariage noble de Rosa et de Louis-Hubert
» Un mariage noble Espagnol
» [Niort 1458] Mariage de Messire Emeric et Dame Lisou
» Les Baptêmes du 21 Mars 1458.
» Recouvrement amende pénale - Gabrielles - 19 mars 1458 (EC)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Ville et le Chateau de Bruges :: Ville de Bruges, Capitale des Flandres - Stad Brugge, Hoofdstad van Vlaanderen :: Cathédrale Saint Sauveur de Brugge-
Sauter vers: