Forum de l'administration du Comté de Flandre - Het centrum voor de administratie van het Graafschap Vlaanderen
 
AccueilFAQS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Thibaud de Leibundguth

avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Dunkerque [Flandres]
Date d'inscription : 15/12/2009

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Dunkerque
Grade: Aucun

MessageSujet: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 13:04

Cet évènement était attendu par nombreux d'entre nous, en passant par les futurs mariés, les invités, et l'officiant. Depuis déjà quelques semaines, Thibaud notait sur un parchemin les jours le séparant de ce mariage, afin de ne pas oublier la célébration. Imaginez un seul instant à ce que le prêtre vous pose un lapin, ce serait réellement embarrassant, et le Vicaire ne souhaitait pas terminer comme les suppôts du Sans Nom. Tenir la torche, certes, mais la recevoir, que nenny. Bref, ce n'était pas le moment de parler des penchants du jeune homme pour les bûchers et autres tortures intéressantes, car en ce Lundi 15 Mars de l'An de Grasce 1458, le chaos et les ténèbres allaient faire place à l'amour et la convivialité, et mesme le temps commençait à se ranger du côté d'un ciel parsemé de cumulus. La grande place de Brugge était baignée par quelques rayons solaires, qui venaient aussi se jeter contre les vitraux de la Cathédrale. Cathédrale Saint Sauveur, bâtiment où Thibaud n'avait jamais célébré une quelconque office. Mais c'était en ce lieu qu'il avait fait voeux de prêtrise, et depuis l'absence de Monseigneur Alhysis, perdue dans les méandres maladifs, la totalité, enfin presque, des pouvoirs cléricaux de cette contrée lui revenaient. Alors pourquoi ne pas profiter de la grande Maison de Dieu ? Surtout que pour ce clerc traditionnel, celle-ci ne devait servir que pour les évènements nobles. Les gueux n'avaient aucunement l'autorisation d'être devant l'autel, les simples églises suffisant à combler leur bonheur.

Thibaud se préparait dans la sacristie. Vêtu d'un habit ecclésiastique sombre, après avoir abandonné pour la cérémonie ses vêtements mauves, le Dunkerquois retira quelques plis et se fit, comme qui dirait, une beauté. Ses mèches rebelles furent plaquées comme il se devait, aucun froissement ne se voyait sur sa soutane et ses maigres bijoux -croix Aristotélicienne & anneau diplomatique- ornaient sa silhouette. Dés que le contentement fut de mise, le prêtre quitta la petite pièce et se dirigea jusqu'à l'autel, afin de préparer les objets dont il aurait besoin. Le Livre des Vertus était présent, et dés que le regard de Thibaud balaya la grande nef, il constata avec bonheur qu'elle était décorée de pétales et autres fleurs, et que les oriflammes tapissés des blasons des deux nobles virevoltaient au grès des courants d'air.


Tout semblait être parfait, il était à présent temps de prévenir les fidèles. Un signe en direction de son bedeau, l'invitant à se rendre au transept pour se balancer au bout de la corde, et Thibaud en profita, lui, pour ouvrir en grand les portes de l'édifice. Les cloches se mirent à sonner, et le clerc attendit sur le parvis, l'arrivée de quelques convives et surtout du marié.

Revenir en haut Aller en bas
otta19

avatar

Nombre de messages : 77
Localisation : Bruges
Date d'inscription : 18/11/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Bruges
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 15:21

Otta portait ses plus beaux habits: aujourd'hui était le marriage d'une personne qu'il aimait bien! Il esperait que Duncan et sa douce seraient heureux le marriage.

Replacant son habit et regardant ses distinctions pour être certain d'avoir l'air beau, il répondit au son de la cloche par sa présence. Les invités arrivaient pour un marriage digne et dans la foi, et il ne voulait certe pas être en retard. Portant fierement son uniforme, il se prépara mentalement pour quelque chose de grandiose...!
Revenir en haut Aller en bas
Slam Jack

avatar

Nombre de messages : 2243
Localisation : Tournai RP & HRP!
Date d'inscription : 22/03/2006

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 16:52

"Presque en retard, ce n'est pas être en retard", s'évertuait à se répéter le Baron Noir, au trot en direction de la Cathédrale. Slamjack s'était fait beau et cela avait pris un certain temps. D'autant que son canasson, lâché en prairie par ce beau temps, n'avait pas daigné répondre à l'appel de son maître avant plusieurs minutes. Ce qui avait encore retardé, et énervé, le Seigneur de Lys-Lez-Lannoy qui s'était exprimé en ces termes :

Tu vas finir en cervelas, tête de lard.

Les bottes crottées - parce que finalement, le Baron avait du aller chercher lui même son cheval au milieu de la prairie - avaient allongé le contretemps.

Mais c'est tout propre qu'il arriva à la Cathédrale, à défaut d'être beau. Les cloches sonnaient déjà et les gens commençaient à arriver, petit à petit. Le Général constata qu'il n'était pas le dernier et cela lui rendit le sourire. Pavoisant avec ses galons, ses blasons et ses médailles, le Suzerain de Renaix alla prendre place dans les premiers rangs : une belle place assise d'où il ne raterait rien de la cérémonie. Il ne manqua pas de saluer le vicaire d'un respectueux mouvement de la tête après le signe de croix devant l'autel.

Apercevant un guerrier FSF, il lui fit coucou de la main, sans aucun protocole. D'un air sévère, il attendit les autres. Aucun retard ne serait toléré. Surtout si c'est le marié qui se fait attendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scenario-paintball.com (demandez Slam Jack)
Camille-Agathe

avatar

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 15/03/2010

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 17:18

Déjà que ce matin Mélusine a eu un mal fou à lui enfiler sa robe tellement elle sautait partout et gigotait comme un asticot, mais alors maintenant contenir Camille serait un exploit surhumain. Pendant toute la traversée du Parvis la gamine bondit littéralement de haut en bas, retenue seulement par la main de Mélusine. Pas pour longtemps. Au premier relachement, la voilà qui grimpe les marches quatre à quatre et déboule dans la cathédrale, laissant ses gardiens sur le parvis.

YOUHOU, DUN.....

Elle s'arrête net. C'est vachement grand la dedans, elle a jamais vu une maison aussi grande. Il doit etre riche, Harry Stote. Pis y a des gens habillés en beau, et surtout, tout calmes. Impressionnée, elle avance lentement, le nez en l'air, jusqu'à l'autel. Tiens, y a le mossieu tout en noir qui lui a jamais répondu c'est quoi une pétasse, mais qu'elle est pas fachée passaque on lui a dit que c'est le chef de Duncan, alors y doit être cré cré noccupé, hein. Se rappelant d'un coup qu'il est noble, elle se plante dans l'allée à coté de lui et entame une révérence impeccable. Enfin à ses yeux, l'homme doit la trouver comique ou je m'y connais pas en révérences.

'Jour mossieu noble, qu'elle chuchote. Il est ou Duncan ?
Revenir en haut Aller en bas
Skal
Soldat d'Elite
Soldat d'Elite
avatar

Nombre de messages : 1641
Localisation : Tournai
Date d'inscription : 31/05/2009

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade: Capitaine
MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 18:16

C'était le grand jour, un moment qui l'appréhender un petit peu, c'était la première fois qu'il allait assisté à un mariage, de plus Duncan lui avait fait l'honneur de le nommer comme son second témoin. Il ne savait pas vraiment se qu'il devait faire en tant que témoin mais il ne voulait rater se moment pour rien au monde.
Cela faisait un petit moment qu'il connaissait le marié et la mariée d'ailleurs aussi.
Duncan était toujours la pour le conseiller, quand il fut comte des Flandres, procureur des Flandres. C'est conseil était toujours d'une grande aide.

Il se dirigea en direction de la cathédrale sur le dos de son cheval aussi noir que la nuit. Il était bien habillé, il avait promis de ne pas être aussi beau que Duncan enfin il avait essayé.




Achilee lui avait confectionné une tenue de rêve pour se mariage, les cheveux tirés en arrière il rentra doucement dans la salle regardant les personnes présente, sans oublié de salué le vicaire Thibaud, il se dirigea vers le général des FSF, lui faisant un signe de main, ainsi qu'aux autres personnes présente puis il embrassa sa petite princesse qui n'était pas bien loin.

Whaa et bien tu ressembles à une vrai princesse habillé comme ça

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Julien..

avatar

Nombre de messages : 811
Date d'inscription : 01/05/2009

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 18:19

Mauvaise idée que d'avoir été en taverne. Pourquoi ? Parce qu'il y avait croisé la petite Camille, à qui il ne pouvait rien refuser et qu'il lui a promis de venir au mariage de Duncan.

Qu'allait-il devenir, obligé de se taper un mariage auquel il ne voulait pas assister, et surtout où il allait se faire chier comme jamais ?

"Bon, si ça se trouve, je pourrai pioncer en paix", se dit-il. Cette pensée le fit sourire, et le remit d'une très légère meilleure humeur.

Ne restait plus que la question de l'habillement. Et puis quoi encore, il allait pas se faire beau pour ça, non mais faut pas exagérer non plus ! Hop, des vêtements négligés, limite déchirés, du type de ceux qu'il mettait pour aller travailler.

"Ouais, ça fera l'affaire, et si ça le dérange, j'les emmerde !", pensa-t-il en lui-même.

Se dirigeant sans se presser vers l'église où serait célébrée le mariage, Julien entra dans le bâtiment en traînant exprès des pieds, choisit un siège à l'arrière de l'édifice et s'installa confortablement - comprenez, avachi sur la chaise - sans un regard aux personnes qui allaient et venaient.
Revenir en haut Aller en bas
Camille-Agathe

avatar

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 15/03/2010

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 18:30

Avant que le mossieu en noir puisse répondre, son grand copain Skal débarque, habillé super classe même si un peu moderne Wink

Jour mossieu-seigneur-Skal-mon prince, qu'elle lui dit très poliment. T'es cré beau.

Même si elle a le droit de l'appeler juste Skal, être habillée comme une princesse ça donne envie de jouer à la princesse, pis c'est tout. Un homme entre à ce moment là, habillé cré mal par rapport aux autres, et va bouder sur une chaise.

Oh rogarde, un pauvre... pourquoi il boude ?

Impossible pour Camille de reconnaitre Julien, pensez, la dernière fois qu'elle l'a vu en taverne il etait tout propre, souriait et lui disais qu'il ne raterait de la voir dans sa belle robe pour rien au monde. Elle lève le nez vers le noble tout en noir et vers Skal, interloquée.
Revenir en haut Aller en bas
duncan
Soldat d'Elite
Soldat d'Elite
avatar

Nombre de messages : 676
Date d'inscription : 11/09/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 19:18

Nuit difficile pour le jeune homme, enfin surtout longue, ou courte, tout dépend si on compte en temps d'éveil ou de sommeil.
Lui qui affichait le plus souvent une grande assurance, allant parfois jusqu'à l'arrogance, le voilà bien nerveux en ce grand jour.

Qui aurait cru que, celui qui fut surnommé "le coq des tavernes" par les demoiselles de tournai, lors de sa jeunesse, finisse par prendre épouse ?
Charmeur, à la limite du dragueur, de nombreuses jeunes femmes étaient tombées sous son charme mais peu d'entre elles n'auraient pu avoir ses faveurs.

Bref, tout ça pour dire que pour beaucoup ce mariage devait être une surprise et pour ceux qui le connaissent mieux, un aboutissement et le début d'une vie qu'il avait toujours rêvé.

Nerveux, anxieux, il en était même désorganisé, cherchant ses braies, sa cape, ses parures d'or, vociférant contre ses gens sans raisons particulières, les pauvres, heureusement qu'ils comprenaient la situation, d'ailleurs, ils faisaient leur maximum, depuis plusieurs jours, pour que tout soit parfait.

Enfin prêt, dernières vérifications d'usage, le carrosse était avancé, le moment de se rendre en la Cathédrale saint Sauveur était venu.

Arrivé à Bruges, l'impatience était palpable, regardant sans cesse combien de route il restait à faire, pressant le cocher, tapotant ses doigts sur sa jambe.
Le carrosse s'arrête, une grande respiration avant de descendre. Il resta un moment à contempler l'édifice, prenant l'air frais à pleins poumons puis se dirigea vers Thibaud qui l'attendait sur le parvis.


Monseigneur, encore merci d'avoir accepté de nous unir, c'est un grand honneur pour nous.

Un salue vers Otta, resté à attendre dehors puis un regard à l'intérieur, cherchant à savoir qui étaient les premiers arrivants.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rosa
La Plus Belle Blonde des Flandres
avatar

Nombre de messages : 4309
Localisation : http://maisonharlegnan.forumactif.com/forum.htm
Date d'inscription : 13/05/2006

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 19:39

Rosa arriva en grandes pompes, elle avait pour l'occasion du mariage de sa chère amie, revêtu ses grands atours, mis ses bijoux, délaissés depuis le décès de son cher époux. Cet événement méritait bien que l'on sorte de ses habits de deuil et que fête soit faite.

Elle entra donc, salua les personnes personnes, ses deux vassaux préférés, l'un en Noir, l'autre, de Gris vêtu. Elle était très fière d'eux. Puis s'avisa de la présence de la petite Camille, non loin du Blond des Flandres, nerveux comme une pucelle à son premier rendez-vous. Elle lui sourit et alla le saluer, et, si possible le rassurer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.regartdevie.com
Icarionnoste

avatar

Nombre de messages : 332
Date d'inscription : 24/11/2009

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Tournai (Doornik)
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 20:04

Un mariage …
En tant que Conseiller on l’avait invité, le truc officiel quoi. Bon, l’avantage au mariage c’est qu’y’a toujours pas mal de bectances et qu’en plus c’est totalement gratuit. Ca coûte juste un bonjour ou deux à des personnes que tu voulais pas croiser, mais ça, on s’en accommodera …
Quelques pas du Flamoc’ dans la belle bâtisse, grosse cathédrale en grosses pierres, avec de gros bancs.
Quelques pas donc, et rapidement reconnaît quelques têtes, celle de son Juju qui boude, celle de la mioche … et d’autres, un Otta par exemple qu’on a plus eu le plaisir de voir depuis un bout de temps, il irait lui demander comment elles sont les Angloises. Hum …

Reste un peu debout au milieu de l’allé se tournant vers Julien, lui lâche un gros sourire mi figue mi crétin. Vérifie que la ptite fleur fasse pas une apparition cathédralisée.
Revenir en haut Aller en bas
zya

avatar

Nombre de messages : 318
Localisation : Place Saint Ange à Bruges
Date d'inscription : 30/04/2006

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Limoges
Grade:

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 20:45

[Hostel Saint-Ange, Place Saint-Ange, face à la Cathédrale Saint Sauveur]


Au dehors, le tumulte des sabots et roues sur les pavés se faisaient entendre et grandissait.
Ici, une lourde tenture s'abaisse sur une fenêtre du rez-de-chaussé et la main comtale qui l'avait soulevé retrouve sa position le long de cette étoffe qu'elle affectionnait particulièrement, pour ses tenues : le camocas. D'un vert assorti au fond de ses yeux et comme la tradition le veut, agrémenté de rayures, ici d'argent.
Un unique pendentif trône, au cou de l'Ange. Héritage d'un Kremroat trop vite parti pour la petite fille qu'elle était. Et dont il n'existe que peu de réplique, toutes faites par elle, toutes données à des personnes plus que chères à son coeur... un au fond des océans, parti avec une Nachue...
Autour d'elle, le silence de la pièce était surprenant. Chacun vaquait à sa tâche, sans se soucier du reste.
La mariée serait bientôt là, pour les dernières recommandations, les derniers ajustements, les rires et les larmes dus à l'excitation du moment.
Dans son dos, des petits pas se font entendre et un Lionceau blanc rugit en approchant. Esquisse vague d'un sourire quand il lui attrape les jambes fermement.


Dis donc, toi... Tu as envie de faire choir ta mère? Et comment elle fera, avec ses habits déchirés, si ca arrive? Tu me prêteras tes culottes courtes?

Léger rire, alors qu'une main ébouriffe les longs cheveux bruns qui entoure ce visage ressemblant de plus en plus à son père. Et ces même yeux gris qu'elle a encore du mal à affronter...
Derrière, Baile entre dans la pièce. Et alors qu'elle s'abaisse pour embrasser son fils, elle sent cette odeur de frais, cette odeur des champs, et sait qu'il l'a accompagné au dehors.


Elle arrive? Et Lucie?

Deux questions en suspens. Un regard. Et dedans, une réponse recherchée pour calmer l'angoisse montant. Et si...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Baile

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 14/03/2010

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 21:13

[Hostel machin de là où elle est, ma Cap', et pas encore la Cathédrale... pffff]



Wen ! Dieu du ciel en lequel je ne crois pas ! Pourquoi tu épouses un Flamand, CE Flamand? Et blond en plus.... Ahhhh certaines femmes, j'les aime et pourtant je ne les comprendrai jamais...
Oui ben la vérité était que la Baile ne se lamentait pas autant que ses pensées auraient pu le faire croire à quiconque était capable de les lire. Parce que ces mots, évidemment qu'elle ne les dirait pas à Wen, Margaux pour les non-intimes... La joie qu'affichait la Flamande depuis, allez, facilement un mois, trente jours, et autant d'heures multipliées par vingt-quatre, faisait plaisir à voir même pour celle qui ne supportait pas les hommes et encore moins ceux aux cheveux jaunes, qu'ils soient Flamands ou Lorrains...

Ce dernier mot, honni, lui fit lever la tête vers la femme qu'elle.. .hmm... qu'elle quoi? Protégeait? mouarf... Aimait? re mouarf... Ne laisserait jamais tomber? ouais, d'façon c'est elle... Elle releva donc la tête vers l'Ange au moment où Gaïlen s'est accroché à elle, comme un mort de faim.
Elle ne put retenir un sourire sincère devant ce tableau, rare, improbable, et si incroyablement touchant, pour qui connaissait un peu le chemin qu'avait parcouru Zya dans la pleine (re)connaissance de son fils... Elle capte l'appréhension dans les mini questions que sa Cap' lui pose, et hésite à la faire mariner un peu, mais, saint bernard quoi qu'il arrive, elle ne peut se résoudre à ça et s'empresse de répondre:

Elle arrive Wen, elle arrive. Panique pas Cap'... Elle se fait juste désirer, comme toute bonne Flamande qui se respecte, hein?... Quant à Lulue, bah... Elle doit avoir des origines flamandes aussi, j'crois!
Attends, j'appelle Wen...


Elle se retourna en souriant vers la porte, prit une profonde inspiration, et se mit à chanter, en espérant attirer la Muse par sa voix hors du commun:


Là-baaas, au fond, de la cathédraaaleuh
se dérouuuul'ra l'hyménée
de Margaux la femme fataaale
et de son blondineeeet

Ils rêvaient, d'une bague au doigt
qui précèderaiiiiiiiit
Une floppééééée de gamins-rois
Et deux trois pouleeeets

Ainsi ils commenceraiiiiient
Un véééritabl' él'vaaaage
Pouuur quand ils s'raient vieux et laiiids
Léguer en héritaaage...*





(* sur l'air éternel d'Actarus, prince de l'espace....)
Revenir en haut Aller en bas
Lulue

avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 21:32

[J’aime pu Paris…]

Vincennes, sont second ou troisième chez elle, c’est au choix.
Pourtant Aristote savait que Paris était bien trop grand pour elle, et qu’elle n’y allait jamais sans râler bien que soit là bas, qu’elle pouvait exercer la fauconnerie la plupart du temps.
Cela faisait donc plusieurs jours que Lucie avait quitté le BA pour rejoindre la Vénerie.
Margaux et Duncan avaient demandé une chasse au vol pour le grand jour et son vilain chef l’avait laissé quasiment tout organiser, alors autant dire que la pression était de taille.
Il n’était pas question de gâcher le mariage de sa Muse avec un oubli stupide.
Vérifier, revérifier qu’elle a toutes ses notes, la carte du lieu de chasse qu’elle avait fini par connaître par cœur.
Rappel d’une fillette impatiente qu’il était l’heure de partir.
Lui sourire tout en l’accompagnant d'un regard voulant dire « oui c’est bon, on y va ».



[Hostel Saint-Ange, Place Saint-Ange… Qui qu’a vu une mariée se faire poursuivre par une Cap’ ?]

Le voyage lui parut interminable tant l’impatience la tenait.
Elle n’était déjà pas du genre patiente, mais là c’était le pompon.
Surtout lorsqu’on sait qu’une Muse ça n’est jamais en avance, alors si en plus vous mêlez du sans des De Castelléo là dedans, j’vous explique pas la cata.
Enfin bon pour faire taire les mauvaises langues une bonne fois toute, la petite troupe arriva à l’heure... ou presque si l'on tenait compte de la façon dont tout le monde s'affairait.
Petite troupe oui, car difficile pour une jeune maman de se déplacer sans les jumelles qui ont une dizaine de jours et l’aînée.
Arrivée à l’Hostel Saint Ange, où elle prit une chambre à l'étage histoire de se changer.
Robe à dentelle bleue avec quelques pointes d’argent ici et là.
Quant aux cheveux, elle les avait attachés comme souvent en un chignon où seules quelques mèches tombaient ici et là sur sa nuque et au-dessus de ses épaules.
Dernières recommandations à Ambre pour la surveillance des petites pendant son absence.
Et puis accompagnée de Cassandre, elle descendit pour retrouver Cy… enfin normalement.
Réajuster quelques mèches de cheveux de sa fille et lui sourire.
Pas de Ténébreux une nouvelle fois pour les accompagner, tant pis, mère et fille profiteraient tout de même de ce moment.
Chercher de ses yeux noirs le second témoin de la mariée ou le premier, peu importe.
Le trouver enfin en entendant le son de la voix de Baile (vous remarquez que je ne fais aucune commentaire dessus ^^)
Soupir de soulagement tout en accélérant le pas pour rejoindre la dite voix au plus vite.
Elle la vit juste en train de se relever devant un petit garçon… Gaïlen sans doute.
C’est bizarre, elle en avait tellement entendu parlé et pourtant, c’était la première fois qu’elle voyait son visage.
Poser ses pupilles sur l’Indomptable pour commencer.


'jour Baile, jolie la chanson pour Margaux

Lui sourire avant de s’approcher de Cyrielle Ambre.


Me voilà, je ne me suis pas trop fait désirer j’espère.


Petit rire nerveux, bah quoi, on ne marie pas sa Muse tous les jours, j’voudrais bien vous y voir ! Tssss


Dernière édition par Lulue le Mar 16 Mar 2010 - 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Finute

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 15/03/2010

Feuille de personnage
Rang Social:
Ville: Périgueux
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 21:34

De Paris aux Flandres, la Brune n'avait que peu de temps à passer sur les routes. C'est déjà moins long que depuis le Périgord-Angoumois.
Mais voilà, elle n'allait pouvoir qu'assister au mariage, une affaire urgente se déroulant en Périgord avec l'affaire sur son futur époux.
Non, elle n'avait pas de chance et le plaisir allait durer que peu de temps.

Wen... Wen, Wen, Wen, la muse de l'Ordre, une Blanche des blanches... Comment ne pas assister à son mariage ! Elle ne connaissait pas le futur époux mais elle faisait confiance à la muse pour en avoir un de confiant.
Habillée comme il se devait, la Brune entrait dans la cathédrale.

Un regard vers l'autel et qui, ensuite, parcourait la cathédrale... Ma foi, que des têtes inconnues.


Dernière édition par Finute le Lun 15 Mar 2010 - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
otta19

avatar

Nombre de messages : 77
Localisation : Bruges
Date d'inscription : 18/11/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Bruges
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 21:48

Le FSF saluait de la tête les sieurs et les belles demoiselles qui entraient dans la Cathédrale. Ce marriage rassemblait des personnes de tout genre, de conseillé à politicien, de noble à moins noble, d'étranger à Flamand, de militaire à gentil. Sans parler du cher Thibaud, homme de Dieu.

Replacant brièvement son habit de FSF, il se dirrigea vers des places à l'arrivère de la Cathédrale...
Revenir en haut Aller en bas
Melusine34

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 10/10/2009

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 22:14

Le mariage du jeune coq… voilà bien une nouvelle qui avait fait bruisser les tavernes tournaisiennes… et pas que… Camille était intenable! Excitée comme une puce, depuis la veille elle piaffait, impossible à coucher et réveillée avant même le soleil… enfin elle avait fini par réussir à l’habiller (ce qui n’était pas un mince exploit), a la faire patienter le temps de s’apprêter et à la mener jusqu’à la cathédrale… pour la perdre à nouveau… Décidément il était dit qu’elle n’était pas douée en geôlière de tornade brune… Un comble quand même pour la fière Blanche de se faire mener par le bout du nez pas une donzelle de « Crois ans » qui n’en faisait qu’à sa tête dès qu’il s’agissait de son « Héro blond ».

La brunette restée sur le perron vit avec effarement sa protégée courir dans la nef, en criant de surcroit et s’arrêter net devant l’baron pour lui demander des nouvelles… D’où le connaissait-elle ? Ça mystère, une chose est sure c’est que visiblement il ne l’impressionnait pas… et qu’elle avait diablement progressé en révérence la p’tite ! Elle s’apprêtait à la rejoindre quand Skal la devança lui accordant un moment de répit de courte durée avant la cérémonie.

Toute droite dans sa houppelande rouge (une fois n’est pas coutume) la flamande sourit a son compagnon et s’arracha à regret aux faibles rayons de soleil qui enfin daignaient faire leur apparition… depuis le temps qu’elle attendait de les revoir ceux-là… décidément le gris de cet hiver qui n’en finissait pas elle ne s’y faisait pas…. Même après un an passé dans ces terres du nord.

Duncan prit place aux côtés de Thibaud sur le parvis, la brune les salua du chef puis se sentant un peu nouille à rester dehors à côté du futur marié et du prêtre elle entraina Saian à l’intérieur de l’édifice.
Revenir en haut Aller en bas
Margaux.

avatar

Nombre de messages : 257
Localisation : Tournai
Date d'inscription : 07/11/2006

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Lun 15 Mar 2010 - 22:36

[Hostel Saint-Ange, Place Saint-Ange, face à la Cathédrale Saint Sauveur]

Les arrivées se suivent... ! Et cette fois-ci c'est enfin la promise qui fait son entrée en l'Hostel Saint Ange. Elle a pas tord Baile, elle aime se faire désirer la Muse et l'a prouvé maintes fois. Enfin ça c’est son côté Muse quoi !

La voilà qui sort du carrosse et rentre vite dans la bâtisse. C'est qu'il ne faudrait pas gâcher le secret de la tenue en se faisant repérer avant l'entrée en la Cathédrale.

Cyrielle avait eu la générosité de leur ouvrir les portes de l’Hostel Saint Ange pour qu’elles puissent finir de se préparer et bavarder. Enfin pas la peine de vous faire un dessin, vous imaginer la scène quoi ! Quatre femmes deux enfants et si les lieux étaient effectivement silencieux à l’arrivée de Cy… ce n’était définitivement plus le cas !


Là-baaas, au fond, de la cathédraaaleuh
se dérouuuul'ra l'hyménée
de Margaux la femme fataaale
et de son blondineeeet


Son ouie délicate la mena jusqu'à ses sœurs et entre autres Baile qui chantait à tue tête. Le sourire aux lèvres devant les talents de celle qui disait n’en avoir aucun, Margaux attendit sur le seuil le sourire aux lèvres.

Ils rêvaient, d'une bague au doigt
qui précèderaiiiiiiiit
Une floppééééée de gamins-rois
Et deux trois pouleeeets

Ainsi ils commenceraiiiiient
Un véééritabl' él'vaaaage
Pouuur quand ils s'raient vieux et laiiids
Léguer en héritaaage...*


Très joli Baile ! félicite la muse très sérieuse. Je note ton talent pour le chant et… pour les paroles bien sûr !

Sentant le sourire poindre, elle termine : En revanche pour la sérénade, il aurait fallu que tu te postes à ma fenêtre ma belle ! Je suis sûre que ton succès aurait été sans égal !

Regard circulaire et un sourire vient illuminer son visage. Impossible de rester de marbre face à ses visages là. Elle est heureuse de les voir là, de les avoir à ses côtés et aussi de découvrir ceux et celles qui deviendront sûrement la prochaine génération de chevaliers.
Revenir en haut Aller en bas
Gailen

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 14/03/2010

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mar 16 Mar 2010 - 1:42

Sa petite main dans celle, plus grosse, d'Emma, ils ont d'abord marché dans les rues de la ville, avant que la plus très jeune gouvernante ne l'emmène au bord d'un champ de maïs qui l'a ravi. Depuis la veille, tout est objet d'émerveillement pour l'enfant, parce que sa mère est revenue d'une longue absence, l'a pris dans ses bras, l'a soulevé en lui disant:
Nous allons au mariage de Margaux
avant de lui sourire et de le reposer au sol.

Qu'importe que Gailen ne sache pas qui est Margaux et qu'il n'ait pas envie d'aller à un mariage d'adultes. Il avait retenu le principal: sa mère était revenue, et l'emmenait avec lui.
Et lui, le gamin solitaire qui n'avait qu'une amie au jour d'aujourd'hui, celle qu'il avait rencontrée une après-midi, dans une taverne où il avait fait ses premiers pas de "chevalier", et où il avait été très vite promu au rang de "chef", lui donc, le gamin encore solitaire, a oublié ce manque qui l'habite, ce père qu'il n'a jamais connu, et les absences répétées d'une mère prise par ses engagements.

En ce jour, il n'est plus qu'un enfant, et du haut de ses trois ans, bientôt quatre, il laisse libre cours à son âge, court entre les épis, revient vers la gouvernante pour la prendre par le bras en lui lançant un: Viens Emma! qui reste sans suite, jusqu'à ce que la bedonnante nounou pense à le retirer de son aire de jeu, se lamentant sur ce qui aurait pu lui arriver à elle "si le jeune messire avait taché ses beaux habits pour le mariage"... Alors ils sont retournés à l'Hôtel, main dans la main ou presque, Emma tenant Gailen par l'épaule.
Elle l'a laissé devant la pièce où se trouve sa mère, et devant laquelle se tient aussi une jeune femme, qu'il a déjà vue parfois en sa compagnie. Elle lui fait un geste de la main pour qu'il entre. Il est un instant étonné et déstabilisé, mais finit par courir vers les jupons de son objectif, les bras en avant et le rire au bord des lèvres.

Elle le détache doucement de sa jambe, et il a l'impression obscure qu'il l'a dérangée et qu'elle le gronde. Son visage se rembrunit, l'état de grâce semble fini, mais elle a ce geste de tendresse retenue et ce rire qui l'accompagne. Alors sa bouche s'étire en un sourire, qui grandit quand elle l'embrasse. Puis sa mère le lâche pour échanger quelques mots avec la jeune femme qui était entrée à son tour. Sa curiosité l'emportant sur les restes de sa timidité, il s'approche d'elle pour mieux l'observer, au moment où une espèce de chanson sort de sa bouche. Il s'arrête, fronçant les sourcils, se bouchant les oreilles à chaque fois que la voix devenait crécelle, avec l'envie naissante de dire à la "sirène" de hurler un peu moins. Seulement, coup sur coup, deux nouvelles apparitions l'ont contraint à annuler son embryon de projet. Son regard passe alors de l'une à l'autre tête, et les visages radieux qu'il voit lui font penser qu'un mariage d'adultes, ce n'est peut-être finalement pas si ennuyeux que ça. Et, bien que ne maîtrisant pas encore les liens de connaissance qui, comme de fil en aiguille, le mèneraient de Margaux à Camille, il se dit qu'il aimerait bien voir sa jeune amie à la cérémonie, pour être sûr de s'amuser comme la dernière fois...
Revenir en haut Aller en bas
Krystel Martin

avatar

Nombre de messages : 1140
Localisation : Dunkerque
Date d'inscription : 04/12/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Dunkerque
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mar 16 Mar 2010 - 8:04

[Who you gonna call ?]

Pas possible, c'était Krystel, ou les cloches se mettaient à sonner toutes seules ? A croire qu'un fantôme, ou une Dame Blanche, les faisait sonner... Une Dame Blanche ? Avec un écu vert, il pourrait s'agir de Margaux... de Kermellen, qui, d'après les potins mondains, devait épouser l'héritier Clairambault. Le beau blond avait enfin trouvé sa chausse (noire ?). Il lui en avait fallu, du temps, pour trouver la perle rare. Et les épousailles étaient annoncées pour bientôt... pour ce jour !

Branle-bas de combat à la baraque ! Et que je t'attrape un coiffe d'un mauve particulièrement douteux, avant de la rejeter pour une autre coiffe. Et que je t'enfile à la va-vite (mais pas trop quand même, pour ne pas abîmer les poignets en dentelle), une houppelande à la dernière mode athoise (jaune et noire). Et que je te mette le collier or et bleu autour du cou. Histoire de charger un peu ces frêles épaules. Et que je te tapote sur les joues pour les rendre roses, alors que le vent et le froid allait leur donner un ton rouge vif fort mignon. Et que je t'entoure les épaules d'une cape noire, forcément chaude. La cathédrale n'était pas chauffée, inutile de se prendre une fluxion de poitrine avant d'aller ripailler.

Après une préparation éclair (une heure et cinquante minutes), la jeune fille était enfin prête. Prête à quoi, déjà ? Ah oui, le mariage ! Dernières vérifications, derniers ajustements (tiens il faudrait reprendre cette ceinture, la demoiselle avait grossi), et... en avant, vers l'infini, et la cathédrale. Ouais, enfin, juste la cathédrale...

C'était à petits pas, luttant pour sa survie et contre le vent, que Krystel décida de franchir les quelques pas qui séparaient la maison brugeoise de sa mère au parvis. Et là, sur le parvis... des coches, des cochers... Ah oui, il y avait les réjouissances après. Et la chasse... une autre paire de poulaines que la chasse, surtout dans les marais et par un temps aussi pourri. Krystel allait sans doute devoir récupérer le Gus, et le coche. Et elle n'avait pas du tout envie de se taper cinquante mètres pour donner des ordres à la maisonnée... Elle trouva donc un gamin et, moyennant finance (Un écu tout neuf ! Pas donnés les services dans la capitale !), lui demanda d'aller prévenir Gus à la
Taverne du Lion Bourré que la dame de Paradis aurait besoin d'un cocher pas trop bleu nuit d'ici la fin de la messe. Le gamin parti faire sa commission, la jeune fille fit la sienne, puis entra dans la cathédrale, soulagée.

Aristote, mais il y a un monde fou.

Beaucoup de vêtements pourpres. Krystel détonnait presque, emmitouflée dans une cape noire et grelottant comme un grelot. Elle haussa superbement les épaules, leva le menton et les épaules, et se dirigea vers les premiers rangs, saluant ici et là quelques têtes connues et se contentant de hocher la tête pour les inconnues.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lulue

avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mar 16 Mar 2010 - 14:59

[Hostel Saint-Ange, Place Saint-Ange, face à la Cathédrale Saint Sauveur – l’est t’y pô belle la mariée ?… Nan Baile on ne lui saute pas dessus Tssss]

Pas le temps de se raconter les derniers potins avec l’une de ses Nesquivaliers qu’elle venait de retrouver après une longue, trop longue absence.
Ce n’était pas qu’elles étaient fâchées, comme peut-être les apparences pourraient le laisser sous entendre, non juste qu’il y avait une Brune qui s’était perdue en chemin et avait apprit à développer davantage son mutisme avec une incroyable facilité.
Pas le temps pour les potins donc, ni pour une dernière séance de torture du futur époux.
La voilà qui entrait en scène, sa Muse… et sans tâche de peinture sur le nez, s’il vous plait.
C’est à cet instant que Lucie réalisa pleinement que ça y est, le grand jour était arrivé.
L’angoisse et le stress laissèrent complètement place à l’excitation du moment, si bien qu’elle en oublie qu’elle n’a pas présenté Cassandre, blottit contre elle, intimidée comme rarement, surtout avec une Baile dans la pièce, qu’elle avait déjà vu.

Sourire enfin à sa Muse, pour une fois, faire sa fille en se jetant sur elle ?
L’idée lui avait traversé l’esprit mais elle se ravisa tout aussi vite qu’elle était apparue.
Déjà parce qu’il paraît que ça ne se fait pas, et puis une jeune mariée les 4 fers en l’air, ça le fait moyennement comme résultat pour ce jour si particulier.
Opter donc plutôt pour un


Bonjour Margaux ! Je rêve où t’as failli être en retard à ton propre mariage ?

Durcir faussement son regard avant de rire.
Oui, elle ne lui posera pas la fameuse question « tu vas bien ? ».
Parce que d’une bien sur qu’elle va bien puisque c’est censé être le plus beau jour de sa vie… tsss
Et de deux, elle devait être comme toute mariée qui se respecte un brin angoissé, où le moindre petit problème peut transformer la plus douce en tigresse.
Alors Lucie se contenta de la détailler de la tête aux pieds, découvrant la fameuse robe dont elle avait tant entendu parler, ne pouvant se déplacer à l’époque pour cause de grossesse la faisant ressembler à un tonneau.
Quelques réajustements étaient à faire et tout serait parfait.
Ne resteraient plus que les conseils avisés de deux femmes, étant déjà passées par la case mariage… Moui bon plus que, façon de parler hein, resterait le plus difficile quoi.
Un regard interrogateur fut lancé à Margaux.


Tu permets ?


Et sans réellement attendre l’autorisation elle dépoussiéra un peu la robe qui laissait trace d’une course précipitée pour n’être vu de personne.
Revenir en haut Aller en bas
Aidan

avatar

Nombre de messages : 178
Localisation : Tournai
Date d'inscription : 23/04/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mar 16 Mar 2010 - 17:22

Qu'es qu'il ne faut pas faire pour l'amour de son frère ? C'était ce que le jeune Aidan s'était demander durant les deux derniers jours, alors qu'il restai du matin, alors que le soleil n'était pas encore debout, jusque tard la nuit, a s'éclairer a la lanterne dans sa forge (au moins, il faisait chaud). Il faut dire les choses comme elles sont, Duncan l'avait en effet prévenu d'une tache vraiment tardivement. Son jeune frère -pas si jeune que sa non plus- voulais qu'il lui confectionne les anneaux qui unirai le destin a jamais du FSF a la Blanche. Aidan était un forgeron de guerre, plus habitué a faire des outils de mort plutôt que de petite chose d'amour. Il lui avait fallu plusieurs dizaines d'essai pour arrivé a faire quelque chose qui ressemblé a des anneaux et encore plusieurs dizaines de plus pour que ce soit un travail respectable. Il avait même pensé a un moment a faire appel a un jouaillé, mais Duncan tenait tant a ce que ce soit lui qui les fasses qu'il fini par faire quelque chose de plus que respectable. Il ce fit alors une note silencieuse qu'il devrai aller prier Aristote a plusieurs reprise pour avoir guidé sa main durant cette création. Il mit alors les deux bijoux dans un petit coffret, sur un coussin de velours. Le tout était parfais ...

Des cette tache fini, Aidan rejoignit en grande vitesse la capitale des Flandres en quelques heures de cheval. Sur place, il ce prépara comme il ce doit pour un si grand évènement et surtout pour la place qu'il occupé dans tout cela. Le premier témoin avait pour rôle d'écarter toute les jolies jeunes femmes des alentours du marié -oui oui, c'est nouveau sa vient juste de sortir- et Aidan ce ferrai une joie de faire cela et pourquoi pas en laissé quelques unes a Skal. Quoi qu'il en soit, une fois préparé, dans un ensemble noir et blanc, Aidan rejoignit a grand pas la Cathédrale St. Sauveur, une immense bâtisse qui montré bien a quel point Aristote était puissant. Le jeune homme s'engouffra a l'intérieur, son petit coffret son le bras et s'ettona de voir autant de monde -deja ?- a l'intérieur. Était t'il en retard ? Aidan remarqua un petit bout qui etait aussi folle qu'une puce et qui avait du mal a tenir en place. Aidan sourit en grand en s'approchant d'elle. Il sortit d'une des poches de sa veste une petite fleure séché et la lui donna.


- Bonjour petite guerrière. Regarde ce que j'ai pour toi. Une fleure qui jamais ne fanera. Prend en soin et elle te portera chance.

Bah quoi ? Il faut bien tout tenté pour calmer les enfants. Il lui fit un baiser ensuite sur le joue puis fila directement en direction de son frère. Le blond était encore plus beau que d'habitude jusqu'au point que sa crinière s'illuminer (non, non aller pas croire que c'est un ange tout de même). Aidan arriva a sa hauteur et le prit dans ces bras.

- Félicitation petit homme. Aujourd'hui, tu devient un homme. Je suis fier de toi et je suis sur que mère nous regarde de la haut et qu'elle aussi est très fier de toi.

Aidan soupira un grand coup, mais garder tout de même un grand sourire. Il était vrai, il était très heureux pour son frère. Par ailleurs, il recula d'un petit pas et ouvrit légèrement le petit coffre pour lui montré ces créations qu'il avait mis autant de temps pour les faire.

- Elles te plaisent ?
Revenir en haut Aller en bas
Camille-Agathe

avatar

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 15/03/2010

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mar 16 Mar 2010 - 18:11

On lui répond pas à ses questions mais qu'à cela ne tienne, ya trop de grands à saluer pour attendre les réponses. Tellement de grands d'ailleurs que Camille est pas la seule à s'y perdre, si vous voulez mon humble avis. C'est même comique. Y en a qui saluent à l'intérieur des gens qui sont à l'extérieur, d'autres qui croient qu'elle court et crie dans la cathédrale sans remarquer qu'elle s'est arrêté net à la vue impressionnante du dôme de la Cathédrale, et joue à la princesse digne et calme. On va pas leur en vouloir, la foule c'est toujours si difficile à lire, enfin je veux dire à observer.

Elle cherche son cher héros blond des yeux mais ne le voit pas. Ah mais y a son frère, chouette ! Il l'appelle petite guerrière, surnom qu'elle adore et qui la rend toute fière, il lui fait un bisou, chose rare et savourée à sa juste valeur. Et alors en plus il lui offre une jolie fleur séchée. Moi je dis ça y est, il est pardonné d'emblé pour avoir mal lu, euh je veux dire pas vu, qu'elle était toute calme. Enfin aussi calme qu'on peut l'etre à trois ans. Elle lui rend son bisou et le remercie en chuchotant.

Merci Aidan, elle est cré joulie ! Et tu es cré beau.

Le frère du marié ressort de la Cathédrale, enfin je crois vu qu'il va voir son frère et que le frère est dehors... enfin je crois. La gamine va pour le suivre mais aperçoit alors tata Mélusine et tonton Saian entrer en se donnant le bras, et elle se force à ne pas courrir vers eux. Un petit coucou de la main suffira pour cette fois, avant de s'avancer vers eux tête bien droite, à pas exagérément mesurés, parceque les princesses ça court pas, si ? Elle tend sa fleur à Mélusine et murmure.

Rogarde, Aidan il mo l'a donnée ! Tu la met dans mes choveux sitoplé tata Mélusine ? Dis... il vient quand mon copain Gailen ?Et il est ou, Duncan ? Et la mariée ?
Revenir en haut Aller en bas
Krystel Martin

avatar

Nombre de messages : 1140
Localisation : Dunkerque
Date d'inscription : 04/12/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Artisan
Ville: Dunkerque
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mar 16 Mar 2010 - 18:39

[Tornade !]

Comment donc, Krystel était entrée dans la cathédrale ? Oui, petit lecteur, Krystel était entrée et saluait les gens qui étaient à l'intérieur, connus ou pas connus. Hormis, bien entendu, ceux qui n'étaient pas encore arrivés. Ceux-là, la jeune fille n'en avait strictement rien à secouer. Et si le vicaire, le marié, et les autres voulaient rester à attendre dehors et se geler les miches, qu'ils fissent à leur guise : il faisait tout aussi froid dedans que dehors. C'était ça, le temps des cathédrales...

Un courant d'air fit un aller-retour express entre le parvis et l'intérieur. Un courant de mouflette. Qu'était-ce encore que cette môme-là ? Comme s'il n'y en avait pas assez dans les rues, quelle idée de s'encombrer avec des mioches pendant un mariage... Krystel renifla de mépris, et s'installa le plus loin possible de la famille composée de bric, de broc et de Dame Blanche. Dommage, elle aurait bien aimé causer chiffons avec Mélusine, mais elle semblait bigrement accaparée par la tornade courte sur pattes. La jeune fille n'eut guère envie de s'asseoir. Cela n'aurait pas été très pratique pour zieuter ce qui se passait à l'extérieur. Et surtout... pour guetter l'arrivée de la mariée...


En espérant que la môme se tienne à carreau... Pas envie de me retrouver avec ça sur les genoux.

Krystel n'aimait pas les enfants ? Non, on dirait bien... Peut-être lui rappelaient-ils trop ce qu'elle n'était plus depuis peu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Thibaud de Leibundguth

avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Dunkerque [Flandres]
Date d'inscription : 15/12/2009

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Dunkerque
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mar 16 Mar 2010 - 20:00

Peut-on appeler ceux qui viennent, des fidèles ? Ce mot, le Vicaire l'employait beaucoup de fois, mais il ne s'était jamais arrêté dessus. D'un autre côté, tout le monde s'en fout du décorticage linguistique, mais attardons nous quelques secondes, le voulez-vous ? Vous n'avez pas vostre mot à dire de toute façon. Le terme fidèle faisait référence à ceux qui étaient baptisés, qui étaient en osmose -si je puis m'exprimer ainsi, mesme si Thibaud est bien le seul, sans doute- avec la religion Aristotélicienne. Par contre, pouvait-on l'étendre à fidèle, dans le sens de toujours présent ? Les Messes par exemple, la moitié de ces personnes qui arrivaient pour assister au mariage, allaient-elles souvent à l'église, le dimanche matin ? Les FSFs pour commencer -mesme pour terminer, on marie l'un des hauts gradés- comme le Baron SlamJack. Thibaud n'était aucunement surpris de sa présence, il venait participer à l'une des grandes joies de son ami. Mais l'imaginer entamer une lecture du Livre des Vertus le titillait bien, le bon bougre, et en l'espace d'un instant, il se demandait s'il allait lui offrir cette joie de venir devant l'assemblée et de prendre la parole. Un léger sourire naquit sur ses lèvres, alors que Thibaud saluait l'Avocat, d'un signe respectueux de la teste. Son baptême était en cours à Malines, mais avec la mort de son suzerain et la faiblesse maladive de Monseigneur Alhysis, le clerc ne savait aucunement si le sacrement restait d'actualité. Il faudra qu'il aille le voir, dés que le temps lui permettra.

Prenons quelques minutes à présent, pour peindre le tableau qui se présentait sous ses yeux, en tout cas, jusqu'à l'arrivée du marié. On commence tout d'abord par une gamine, grimpant les marches comme une folle, dans l'espoir de semer ses protecteurs. Et quels protecteurs, Mélusine en personne. Serait-elle mère ? Non, sans doute pas, cette petiote devait être le bambin qu'elle avait pris sous ses jupons. La jeune femme lui en avait parlé alors qu'elle était sur le point de partir de Dunkerque, semble-t-il que la nonne n'avait toujours pas été retrouvée. Enfin, ce sont des histoires de grand mère, rendons aux femmes ce qui appartient aux femmes. Le Procureur des Flandres arriva à son tour, beau comme un turc. Ce n'était pas le cas d'un manant, habillé comme un sagouin, et dont Thibaud avait l'envie folle de le faire déguerpir d'un bon coup de pied dans le séant. Mais devant une foule grossissante, pas très aisé de lever le pied. Un regard en sa direction, il s'installa dans le fond. Tant mieux, une parole à un bedeau, puis un signe à un soldat, et il sera dégagé manu militari. S'il n'oublie pas. Et voilà le marié en personne, l'un des protagonistes de cet évènement.


C'est surtout nous qui devons vous remercier pour nous avoir choisi comme officiant.

Hochement de la teste, et d'autres entrées comme celles de la Vicomtesse plus étincelante, et du Conseiller Icarionnoste. Et un visage d'une femme aux allures nobles, très ravissante. Bref, du beau monde et j'en passe. Dame de Paradis, dans la Cathédrale, assez virulente en ce moment. Peut être le mauvais mois. Le frère de Duncan vint à son tour, et lui fit montrer quelque chose.

Il vaut mieux nous rendre devant l'autel, les femmes arrivent souvent à l'imprévue. *Léger sourire. Thibaud traversa la nef, contemplant les visages de ces fidèles, puis se mit en position. Un peu de rangement, il avait expliqué auparavant au marié de se placer en face de lui, à ses côtés, son témoin.*
Revenir en haut Aller en bas
duncan
Soldat d'Elite
Soldat d'Elite
avatar

Nombre de messages : 676
Date d'inscription : 11/09/2008

Feuille de personnage
Rang Social: Érudit
Ville: Tournai
Grade: Aucun

MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   Mar 16 Mar 2010 - 21:20

"Il est venu le temps des Cathédraleuh, le monde est entré, le mariage va commencer..."
Bon, le monde arrivait, tout le monde n'était pas encore entré, d'ailleurs, on pouvait voir le marié et le Vicaire sur le parvis et la mariée, elle, devait encore être entrain de se préparer...ou d'hésiter ? Non non, de se préparer, pas le moment de douter !

Duncan salua ceux qui passaient devant lui jusqu'à l'arrivée de son frère.
Il lui avait demandé plus qu'un service, c'était quelque chose de très important pour Duncan et il ne l'aurait demandé à personne d'autre.
Quand on connait l'histoire d'Aidan et Duncan, on ne pouvait que comprendre le choix du blond.
Les deux jeunes hommes se connaissaient depuis l'enfance, ils on grandit et évolués ensemble, que ce soit dans les jeux d'enfants, au sein de l'OST, des FSF, en politique et à la forge aussi.
celui qui fut son meilleur ami, son frère de cœur, devint son frère d'adoption. Beaucoup penseraient que c'était le choix de ses parents, qu'ils voulaient un autre fils mais c'était plus que ça, cette adoption fut une évidence pour toute la famille, Aidan était, dans le cœur de chacun, un fils Clairambault depuis bien longtemps, l'adoption n'était que la confirmation d'un fait.

Revenons à nos anneaux, après une fraternelle accolade, Aidan présenta son œuvre à Duncan. Nervosité, stress, inquiétudes, tout ça disparu en un instant, l'ouvrage était parfait et, rien qu'en les regardant, on pouvait ressentir toute l'attention, le travail, l'amour que le grand frère avait mit pour son cadet.

Elles sont parfaites, Aidan.

Invitation de Thibaud à entrer et se placer devant l'autel, Duncan, accompagné de son premier témoin, passa la grande porte.
Quelque peu aveuglé par la différence de luminosité, il mit un instant avant de reconnaître les présents.
Vue d'ensemble pour commencer, puis il les regarda un par un.
Le premier qui lui attira l'œil fut un mendiant assis au fond de la Cathédrale, certainement venu trouver un abris par ce froid.
Ce jour, Duncan était bonté, il sortit une pièce d'or et la jeta au mendiant, se disant qu'il se tiendrait tranquille, au moins pr reconnaissance.

Continuant d'avancer, il salua la dame de paradis puis Mélusine et Saian. Il s'arrêta près d'eux ou plutôt, près de Camille. Le jeune Seigneur s'accroupit devant la gamine, lui sourit et lui baisa la main, comme pour une princesse. "Merci de me faire l'honneur de votre présence chère Camille". Oui, un p'tit peu de détente avec sa squatteuse de genoux, ça l'aidait à se détendre, faut dire qu'un p'tit minois comme celui là, ça l'faisait craquer l'blond.
Une fois relevé, il fit reprit sa route (bah oui, ça parait long jusqu'à l'autel alors on peut dire "route"), salua les personnes déjà installées, remercia le Baron pour sa présence, plus importante qu'il ne l'avouerait. Un accolade à Skal avant de l'inviter à se placer à côté d'Aidan.

Le marié était prêt, ses témoins en place (ou pas d'ailleurs, font c'qu'ils veulent), le moment était venu de l'angoisse de l'attente de la mariée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan   

Revenir en haut Aller en bas
 
15 Mars 1458 : Mariage noble de Margaux et de Duncan
Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» 24 Novembre 1456 : Mariage noble de Rosa et de Louis-Hubert
» Un mariage noble Espagnol
» [Niort 1458] Mariage de Messire Emeric et Dame Lisou
» Les Baptêmes du 21 Mars 1458.
» Recouvrement amende pénale - Gabrielles - 19 mars 1458 (EC)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Ville et le Chateau de Bruges :: Ville de Bruges, Capitale des Flandres - Stad Brugge, Hoofdstad van Vlaanderen :: Cathédrale Saint Sauveur de Brugge-
Sauter vers: